Liens d'accessibilité

Guantanamo : les détenus ont des droits, affirme la Cour suprême


La Cour suprême des États-Unis a statué jeudi, par cinq voix contre quatre, que la Constitution accorde aux suspects de terrorisme détenus à Guantanamo Bay à Cuba, le droit de contester leur détention devant des tribunaux civils américains.

Dans l'arrêt de la haute cour, le juge Anthony Kennedy a fait valoir que les lois et la Constitution « sont conçues pour survivre et rester en vigueur en périodes d'exception ». Mais pour Antonin Scalia, l'un des quatre juges ayant voté contre cette décision, « les États-Unis sont en guerre contre les extrémistes islamistes » et ce jugement rendra cette guerre encore plus difficile et entraînera presque certainement la mort d’autres Américains.

Le président George Bush, actuellement en visite à Rome, a dit que son administration respecterait cet arrêt, mais que « cela ne veut pas dire que je doive être d’accord avec lui ». La Maison Blanche va étudier la décision, au cas où une nouvelle modification de la loi serait nécessaire, a ajouté le chef de l’exécutif, en faisant valoir que le tribunal était clairement profondément divisé sur la question.

C’est la troisième fois que la Cour suprême statue contre l’administration Bush sur la question des détenus de Guantanamo. A chaque fois, la Maison Blanche a fait modifier la loi pour tenter d'empêcher ces détenus d’être traduits devant les tribunaux.

Le statut des détenus de Guantanamo est actuellement une pomme de discorde entre les États-Unis et l’Europe. Amnesty International, l’organisation de défense des droits fondamentaux basée à Londres, suit de près ce dossier et se félicite de l’arrêt de la Cour suprême. Cette décision représente « un pas essentiel, un pas très important vers un établissement de la règle de la loi, qui a été jusqu’à présent absente de tout ce qui a rapport à Guantanamo malheureusement », a déclaré Nicole Shwery, porte-parole de cette ONG.

XS
SM
MD
LG