Liens d'accessibilité

Sommet sur la sécurité alimentaire à Rome : il faut améliorer la productivité agricole, affirme le président béninois Yayi Boni


Le sommet sur la sécurité alimentaire dans la monde s’est ouvert mardi, au siège de la FAO, à Rome. L’objectif des quelques 60 chefs d’état et de gouvernement attendus à la réunion est avant tout de faire face à la crise alimentaire provoquée par la hausse des prix des vivres dues à la forte demande et aux mauvaises récoltes.

« La situation des pays les plus pauvres est vraiment dramatique et nous tous, nous sommes conscients de la gravité de cette crise-là », a souligné le président béninois Yayi Boni, ajoutant que les pays développés ne sont pas épargnés. Expliquant que son pays a pris « des mesures fiscales pour atténuer la hausse des prix des produits de grande consommation », le président Yayi Boni a révélé que ces mesures auront, à terme, « une incidence financière de 90 milliards de F CFA » sur le budget du Bénin. D’où la nécessité pour le Bénin d’accroître la productivité agricole, a-t- il dit.

Selon le président Yayi Boni, 80 % des terres du Bénin sont fertiles alors que 10 à 15% seulement sont exploitées. Le pays devra identifier ces terres et les aménager, a-t-il indiqué, assurant que les premiers programmes lancés permettront de déverser sur le marché béninois 26 000 t de maïs, 21 000 t de riz par an.

Il faudra tout coordonner, au plan régional, « pour que le déficit des uns soit comblé par les excédents des autres », a-t-il indiqué. Le président Yayi Boni juge énorme la quantité de produits agricoles - 100 millions de tonnes – orientée vers la production de biocarburants. Il faut passer aux biocarburants « de deuxième génération », c’est-à-dire ceux dont la production n’entame pas celle des produits vivriers, a conclu le président béninois.

Selon les humanitaires présents à Rome, 854 millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire, un chiffre qui pourrait croître à l’avenir. D’où la nécessité de concertations entre les participants à la réunion pour trouver des solutions à court et moyen termes à la crise, déclare en substance Henrietta Fore, administratrice de l’USAID, l’agence américaine pour le développement international.

La priorité des Etats-Unis au sommet, souligne Mme Fore : promouvoir le doublement de la production agricole dans le monde. Washington veut commencer ce processus dans les pays d’Afrique de l’ouest à grand potentiel en agriculture, pour aller ensuite en Afrique de l’est et Afrique Australe.

XS
SM
MD
LG