Liens d'accessibilité

La biodiversité africaine discutée à la Conférence de Bonn


Comment s’assurer que les Africains tirent le meilleur profit des ressources renouvelables du continent ? Telle est l’une des questions auxquelles les participants à la conférence de Bonn sur la biodiversité tentent de répondre. « Ce qui est important, c’est que l’Afrique, les Africains profitent de ces ressources renouvelables et planifient l’utilisation de ces ressources », explique Olivier Langrand, vice-président « senior » de l’ONG Conservation International.

Parlant du Partenariat pour la conservation des forêts du bassin du Congo, M. Langrand a souligné qu’il s’agit de faire des forêts un outil de développement des pays de la région. « On a des ressources non renouvelables, minières, qui sont exploitées et on a ce patrimoine forestier qui est énorme – la forêt du bassin du Congo représente la deuxième plus grande forêt tropicale du monde après l’Amazonie », a-t-il souligné. Le vice-président de Conservation International a fait état de plusieurs systèmes de certification, notamment le Forest Stewardship Council, qui visent à assurer, « à travers un mécanisme de marché », une exploitation « vertueuse » des forêts.

XS
SM
MD
LG