Liens d'accessibilité

Burundi : pressions diplomatiques pour une paix définitive


Les négociations entre le gouvernement burundais et les rebelles du Palipehutu-FNL entrent, ce lundi, dans le vif du sujet. Plus précisément, il s’agira de l’ouverture officielle du mécanisme conjoint de suivi et de vérification de l’accord de cessez-le-feu signé en septembre 2006. Une première prise de contact a eu lieu dimanche entre les deux parties et un communiqué conjoint devrait être publié aujourd’hui réaffirmant la volonté de mettre fin aux hostilités.

Même en l’absence du chef des Forces Nationales de Libération, Agathon Rwasa, à Bujumbura et en dépit des combats des derniers jours, l’atmosphère est à l’optimisme, nous dit notre confrère Serge Nibizi, de la Radio Publique Africaine. Agathon Rwasa, « le leader du Palipehutu-FNL, sera dans la capitale burundaise dans trois semaines si tout va bien », a indiqué notre confrère en citant des sources au sein de la rébellion.

Parlant des pressions diplomatiques – de la part de l’Union africaine, l’union européenne et de l’Onu entre autres – Serge Nibizi a expliqué que celles-ci s’exercent sur les deux parties burundaises pour qu’elles signent un accord de paix définitif. Un accord politique dont la signature est prévue dans quelques jours lèverait les derniers obstacles dans la voie de la paix, a fait savoir le rédacteur en chef de la Radio publique africaine.

XS
SM
MD
LG