Liens d'accessibilité

Obama accuse Bush et McCain ; ce dernier fustige le « manque de jugement » du sénateur de l’Illinois


La controverse se poursuivait vendredi aux Etats-Unis concernant le discours du président George Bush à la Knesset jeudi, qui a suscité de vives réactions côté démocrate et républicain.

Dans son discours devant le parlement israélien jeudi, M. Bush a souligné sa vive opposition à toute discussion avec des dirigeants extrémistes hostiles aux Etats-Unis. « Certains semblent croire que nous devons négocier avec les terroristes et les extrémistes, comme si quelques arguments ingénieux pouvaient les convaincre qu’ils ont toujours eu tort. Nous avons déjà entendu de telles stupidités. Au moment où les tanks nazis pénétraient en Pologne en 1939, un sénateur américain déclarait : “Seigneur, si seulement j’avais pu parler à Hitler, tout cela aurait pu être évité,” » a fait valoir le président Bush.

Les propos du chef de l’exécutif ont d’abord suscité un tollé dans la majorité démocrate au congrès, puis des commentaires cinglants du sénateur de l’Illinois Barack Obama. Le candidat démocrate à l’élection présidentielle de novembre s’est senti visé par les propos du chef de l’exécutif, puisqu’il s’est déjà dit partisan d’un dialogue avec les dirigeants de l’Iran et d’autres pays en mauvais termes avec Washington. En campagne dans le Dakota du Sud vendredi, M. Obama a qualifié les propos du président Bush de « consternants » , tout en rappelant son opposition à tout contact avec des terroristes.

« C’est exactement le type d’attaque écoeurante qui a divisé notre pays et nous isole du reste du monde. Et c’est pour cela que nous avons besoin d’effectuer un changement à Washington, c’est en partie pourquoi je brigue la présidence des Etats-Unis », a déclaré le sénateur Obama.

A noter que l’Administration Bush fait valoir que le chef de l’exécutif ne visait pas le sénateur de l’Illinois dans son discours. Selon un porte parole de la Maison Blanche, Ed Gillespie, le président Bush n’avait aucune idée que ses remarques seraient interprêtées comme une attaque politique contre M. Obama.

Les démocrates disent ne pas être dupes. Même la rivale du sénateur de l’Illinois dans la course à l’investiture de leur parti aux présidentielles de novembre, la sénatrice de New-York Hilary Clinton, estime que comparer Barack Obama à quelqu’un qui aurait cherché à apaiser les nazis est « consternant et révoltant ».

Le candidat républicain à la présidence, John McCain, a été moins amène, faisant valoir que M. Obama s’était lui-même mis dans une situation vulnérable. C’était une erreur grave de la part du sénateur Obama d’offrir de dialoguer l’Iran et les autres adversaires des Etats-Unis, a souligné le sénateur de l’Arizona. Cela témoigne de la « naïveté et de l’inexpérience et du manque de jugement » de M. Obama, a-t-il estimé.

XS
SM
MD
LG