Liens d'accessibilité

Bush, ovationné à Jérusalem


Le président George Bush a félicité Israël pour 60 ans de démocratie, une raison, a-t-il dit, pour être optimiste au regard du changement démocratique dans tout le Moyen-Orient.

Le président Bush, qui participe aux festivités du soixantième anniversaire de l’État hébreu, a dit qu’Israël est l’allié le plus fort des États-Unis au Moyen-Orient. Israël et les États-Unis, a-t-il ajouté, ont tous deux dû relever de grands défis au début de leur histoire nationale, et se sont fondés sur les mêmes principes pour réussir.

Monsieur Bush a fait ces commentaires mercredi en Israël où il est s’entretenu avec le président Shimon Peres.

Israël est la première escale d’une tournée du président Bush au Moyen-Orient qui vise non seulement à célébrer le soixantième anniversaire de l’État hébreu, mais a faire avancer processus de paix israélo-palestinien.

A l’occasion de la conférence d’Annapolis sur la paix au Moyen-Orient parrainée par M. Bush en novembre 2007, les dirigeants israéliens et palestiniens s’étaient donnés jusqu’à la fin de l’année pour parvenir à un accord de paix. Cet objectif a revu à la baisse et on parle maintenant de forger un accord-cadre, qui pourrait définir les frontières d’un futur état palestinien.

Pour le chef de l’exécutif américain, un tel état donnerait aux palestiniens le choix entre davantage de violence sous le régime du groupe militant Hamas et un avenir plus stable sous l’égide du Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas.

« Nous continuons de travailler pour faire en sorte que les gens qui sont simplement raisonnables et veulent la possibilité de vivre en paix avec Israel aient cette opportunité », a déclaré M. Bush.

Après son séjour en Israël, le président américain se rendra à Sharm el-Sheikh en Egypte où il s’entretiendra avec son homologue égyptien, Hosni Moubarak, et M. Abbas.

XS
SM
MD
LG