Liens d'accessibilité

Nigeria : le riz importé en franchise de douane pour les six prochains mois


Les autorités ont décidé de prendre des mesures contre la cherté de la vie. C’est ainsi qu’ils viennent de décider de suspendre, pour six mois, les droits d’entrée sur les importations de riz. Toutefois, certains groupes d’opposition estiment que cette mesure ne va pas assez loin Le Nigeria est bien décidé à continuer à acheter du riz sur le marché international, pour répondre aux besoins de sa population, estimée à 140 millions d’habitants.

Premier importateur de riz du continent, le Nigeria a récemment ordonné l’importation de 500 000 tonnes de riz de Thaïlande, mais aussi de prélever 11 000 tonnes de céréales sur ses stocks stratégiques. Aux termes des mesures annoncées par le ministre de l’Agriculture, Abba Ruma, les droits de douane sur les importations de riz sont désormais suspendus pour six mois, l’objectif étant d’encourager les entreprises privées à s’investir massivement dans ce secteur.

Pour M. Ruma, le Nigeria est actuellement confronté à deux situations paradoxales. « D’un côté, il faut s’assurer que l’on aide le planteur de riz nigérian, de l’autre, il faut atténuer le choc de la hausse des prix du riz, au cours des deux à trois prochains mois », a-t-il expliqué. Le gouvernement nigérian voit l’importation de riz comme une solution à court terme et a l’intention d’encourager la production locale. A une certaine époque, le Nigeria exportait du riz, mais s’il en manque, en ce moment, c’est parce qu’il n’a pas assez investi dans son agriculture.

Pour Action Congress, l’un des deux principaux partis d’opposition au Nigéria, importer de la nourriture n’est pas la solution pour remédier à la crise. « Ce n’est pas une politique bien pensée. Importer du riz revient à s’attaquer aux symptômes et non à la maladie. De la même façon, quand nos raffineries de pétrole sont tombées en panne, nous nous sommes mis à importer des produits raffinés, au lieu de les réparer. Le résultat, c’est qu’aujourd’hui, nous ne pouvons plus nous passer de produits raffinés venant de l’extérieur », explique Lai Mohamed, un porte-parole de l’Action Congress.

Au cours de ces derniers mois, les prix des céréales, des haricots et du riz ont doublé au Nigeria. Lundi, le syndicat des boulangers a lancé une grève dans tout le pays, pour protester contre la hausse des prix de la farine de blé et du sucre. Une réunion de la CEDEAO pour discuter de la crise alimentaire en Afrique de l’Ouest est prévue, à Abuja, pour le 19 mai.

XS
SM
MD
LG