Liens d'accessibilité

La bataille entre Obama et Clinton se reporte sur l’Indiana et la Caroline du Nord


Après le caucus de l'île de Guam ce week-end, remporté par 7 voix seulement par Barak Obama, la bataille entre le sénateur de l’Illinois et Hillary Clinton se reporte demain sur l’Indiana et la Caroline du Nord.

D’après les derniers sondages, la Caroline du Nord, où vit une forte communauté noire, semble acquise au sénateur Obama. Par contre, les deux candidats seraient au coude à coude dans l’Indiana. De l’avis des analystes, cette course à l’investiture du parti démocrate est l’une des plus longues et des plus ardues jamais observées.

Pour la sénatrice de New York, la victoire est une nouvelle fois indispensable, sous peine de voir les « super-délégués » se rallier au sénateur Obama. Les deux rivaux battaient toujours campagne ce lundi, et les échanges restaient vifs.

Mme Clinton s’est interrogée publiquement sur la capacité de M. Obama de devenir commandant en chef des forces armées. Le sénateur de l’Illinois a critiqué les politiques de libre-échange adoptées par l’ancien président Bill Clinton.

Dimanche, les deux candidats ont quand même fait un effort et souligné que, quelle que soit l’issue des primaires, ils oeuvreraient pour le bien du parti démocrate et aideraient à faire élire son candidat en novembre. « Le sénateur Obama et moi-même avons dit très clairement que nous aurons un parti démocrate uni à l’approche des élections cet automne. J’ai dit que j’œuvrerai de toutes mes forces pour M. Obama s’il remporte l’investiture du parti. Il a dit qu’il ferait de même pour moi », a tenu à souligner Mme Clinton.

Le sénateur de l’Illinois maintien son avance sur Mme Clinton, au plan des suffrages tout comme des délégués. Un grand nombre d’analystes politiques pensent qu’il sera impossible à l’ancienne Première Dame de rattraper son retard.Néanmoins, Mme Clinton a quand même remporté les primaires des trois derniers grands États encore en jeu, dont l’Ohio et la Pennsylvanie. Et l’on considère ces deux États comme essentiels pour remporter la course à la Maison-Blanche. L’ancienne première dame devance également son rival en ce qui concerne les super-délégués. De surcroît, M. Obama a souffert de la controverse suscitée par son ancien pasteur, le révérend Jeremiah Wright, avec qui il a rompu. Il a également fait l’objet de critiques suite à des commentaires perçus comme peu favorables à la classe ouvrière. D’où sa perte de vitesse dans les sondages. Néanmoins, les super-délégués n’ont pas déserté le sénateur de l’Illinois.

Hillary Clinton fait valoir que, quels que soient les résultats des primaires, les grands pontes du parti démocrate ont le pouvoir de sélectionner le candidat de leur choix. Barak Obama se dit confiant en sa destinée. « Je pense que les super-délégués vont s’intéresser, non pas aux sondages, mais à qui a mené le type de campagne qui peut amener un changement en Amérique, et qui pourra gouverner après l’élection », a déclaré M. Obama.

Côté républicain, le sénateur de l’Arizona John McCain, qui est assuré de l’investiture de son parti, faisait campagne en Caroline du Nord, où il a prononcé un discours devant la chambre de commerce de la ville de Charlotte.

XS
SM
MD
LG