Liens d'accessibilité

Al-Qaida pose un sérieux danger en Afrique selon le département d’Etat américain


Les agents et alliés du réseau terroriste Al-Qaida posent un grave danger à plusieurs pays africains. Tel est le constat fait par le rapport du département d’Etat américain sur le terrorisme publié mercredi. Le document cite l’appel d’Al-Qaida en faveur d’un djihad contre les forces de l’Onu au Darfour. Il mentionne aussi l’alliance entre le réseau terroriste et les insurgés islamistes en Somalie.

D’où la détermination de Washington de barrer la route à Al-Qaida en Afrique. Un raid aérien en Somalie qui a coûté la vie à Aden Hashi Ayro, leader de la milice islamiste somalienne Al-Shabab, avant l’aube ce jeudi. Al-Shabab est sur la liste d’organisations terroristes du département d’Etat. Et Aden Hashi Ayro était accusé par Washington de donner asile à des agents d’Al-Qaida. Le Pentagone confirme avoir lancé une attaque contre une cible Al-Qaida et leader de milice connu en Somalie, sans donner d’autres détails.

Un porte-parole de la milice Al-Shabab, Sheik Muktar Robow, a reconnu publiquement la mort d’Aden Hashi Ayro et d’un autre dirigeant de la milice dans un raid aérien. Il dit que l’attaque ne dissuadera pas ses partisans de continuer à se battre. La milice Al-Shabab, branche armée de l’Union des Tribunaux islamiques, lutte contre le gouvernement somalien de transition et ses alliés éthiopiens qui ont chassé le régime des tribunaux islamiques de Mogadiscio en décembre 2006.

Que font les Etats-Unis à l’échelle continentale pour barrer la route à Al-Qaida et ses alliés ? « Une assistance pour le contre-terrorisme est offerte aux pays africains qui le souhaitent. Plusieurs nations ont des problèmes de terrorisme très spécifiques et très graves, comme l’Algérie, et, à un degré moindre, la Mauritanie », explique Andrew McGregor, directeur du centre d’analyse sur la sécurité à Toronto au Canada, et rédacteur en chef des publications sur le terrorisme de la Fondation Jamestown, basée à Washington.

M. McGregor a, en outre, souligné la création de l’Africom, le nouveau commandement militaire américain pour l’Afrique. Mais en dépit des liens établis par Al-Qaida avec un certain nombre de forces anti-gouvernementales sur le continent africain, Andrew McGregor a des doutes au sujet de la capacité du réseau de s’implanter durablement en Afrique.

« Al-Qaida a le potentiel de causer toutes sortes de troubles en Afrique. Mais ils ne peuvent pas renverser un gouvernement ou établir une base pour eux-mêmes », affirme le rédacteur des publications sur le terrorisme de la fondation Jamestown de Washington. En outre, a-t-il ajouté, Les attentats meurtriers contre les civils font perdre aux terroristes le soutien populaire.

XS
SM
MD
LG