Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le président Bush se penche à nouveau sur l’économie nationale


L’économie américaine traverse une mauvaise passe à cause de la flambée des prix du carburant et des denrées alimentaires et de la baisse des valeurs dans le secteur de l’immobilier. Le président George Bush l’a de nouveau reconnu ce mardi lors de sa conférence de presse à la Maison Blanche.

« Dans tout notre pays, beaucoup d’Américains sont naturellement anxieux au sujet des problèmes qui affectent leur pouvoir d’achat, que ce soit les prix du carburant et des vivres ou les prêts hypothécaires et les coûts de l’enseignement », a souligné le chef de l’exécutif américain.

M. Bush, un républicain, a critiqué la majorité démocrate au Congrès, en l’accusant bloquer les propositions qu’il a faites pour remédier à la situation. Il n’apprécie particulièrement pas la réticence des parlementaires à donner leur feu vert à la recherche du pétrole dans les zones très prometteuses du refuge naturel de l'Arctique en Alaska. « Les membres du Congrès demandent haut et fort aux gouvernements des pays étrangers d’augmenter leur production de pétrole. Mais le Congrès est tout aussi déterminé à s’opposer aux efforts pour stimuler la production ici aux Etats-Unis », a affirmé le président Bush.

Le chef de l’exécutif réclame, avec insistance, l’autorisation des explorations pétrolières en Alaska. Il estime que cela pourrait faire baisser les prix du pétrole et du carburant. George W. Bush cherche également une réduction des coûts de l’électricité aux Etats-Unis. Mais il se heurte là aussi à une opposition résolue au Congrès.

« Alors que les prix de l’électricité augmentent, le Congrès continue de bloquer les initiatives visant à augmenter la production nationale électrique par l’utilisation accrue de l’énergie nucléaire, qui est propre et sure », a déclaré le président Bush.

Réaction de la majorité démocrate au Congrès : le chef de l’exécutif n’a aucune idée des problèmes économiques du pays, estime le sénateur Charles Schumer, président de la commission économique conjointe. Les démocrates disent qu’ils souhaitent des mesures rapides pour stimuler l’économie, non pas des initiatives en Alaska, qui pourraient, selon eux, avoir des retombées négatives sur l’environnement local.

Deux rapports sur l’économie publiés ce mardi font état d’une forte baisse de confiance des consommateurs et d’une nouvelle chute de valeur de l’immobilier dans les grandes villes du pays.

XS
SM
MD
LG