Liens d'accessibilité

Etats-Unis: l’ancien pasteur de Barack Obama passe à l’offensive


Le Révérend Jeremiah Wright, qui fut le Pasteur du sénateur Barack Obama, candidat à l’investiture démocrate pour les présidentielles de novembre, revient sur la polémique relative à des propos qu’il avait tenus dans des sermons datant de plus d’une dizaine d’années. Certains portaient notamment sur la responsabilité des Etats Unis dans les attaques du 11 septembre.

Le pasteur Wright s’en est expliqué, lundi, devant des journalistes au National Press Club de Washington. Son objectif : clarifier certaines remarques qui avaient dérangé dans ce contexte de campagne électorale tendue, notamment des sermons, diffusés un peu partout sur Internet et dans les médias généralistes, dans lesquels il affirmait que les Etats unis avaient récolté le 11 septembre 2001 ce qu’ils avaient eux-mêmes semé. Les actions des Etats-Unis se retournent contre eux, avait-il dit ; paroles qui avaient choqué une partie de l’opinion et mis en difficulté la campagne d’Obama, dont il fut le Pasteur à Chicago pendant plusieurs années.

Dans sa déclaration liminaire, il a souligné que les propos qu’on lui reproche ont été pris hors contexte. Sommé d’expliquer ce qu’il voulait dire dans ses sermons incendiaires, le Révérend a répondu : « avez vous entendu tout le sermon ? Ceux qui l’ont fait savent que je reprenais des propos de l’ambassadeur irakien et que je m’en tenais aussi à des citations bibliques. Jésus a dit : fais aux autres comme tu voudrais qu’ils te fassent…en d’autres termes, on ne peut pas mener des actions terroristes contre les autres et ne pas s’attendre à des répercussions. Ce sont des paroles bibliques, pas les propos incendiaires de Jeremiah Wright », a-t-il souligné.

Concernant le fait que le candidat Barack Obama a pris ses distances depuis le début de la polémique, le pasteur Wright dit avoir compris qu’en tant qu’homme politique, il lui fallait s’éloigner. Le Révérend Wright a aussi souligné que les églises noires sont invisibles auprès de la culture dominante et que les traditions religieuses noires américaines, malgré leur longue histoire, passent au second plan. En conclusion, il a rappelé que les églises noires sont basées sur la théologie de la libération, de la transformation et de la réconciliation.

XS
SM
MD
LG