Liens d'accessibilité

Les ambitions nucléaires de l’Iran


Le directeur de la CIA, Michael Hayden, pense que le gouvernement de l’Iran s’intéresse toujours à la mise au point d’armes nucléaires. Le chef des services de renseignement américains a fait ces commentaires lors d’un entretien avec la chaîne de télévision NBC, dans le programme Meet the Press.

« Pourquoi les Iraniens seraient-ils prêts à payer le prix qu’ils semblent payer, face à la communauté internationale, pour faire ce qu’ils font actuellement, s’ils n’avaient pas – au moins, au minimum – le désir de se réserver l’option de mettre au point une arme nucléaire, - et ce qui serait encore plus vraisemblablement le cas - s’ils n’avaient pas déjà décidé de le faire ? » s’est demandé M. Hayden.

En mars, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une troisième série de sanctions, légalement contraignantes, contre l’Iran, en raison du refus de Téhéran de respecter les trois résolutions adoptées précédemment. Ces résolutions demandent à l’Iran de suspendre toutes ses activités nucléaires sensibles tendant à la prolifération, y compris tous ses projets liés à l’enrichissement de l’uranium.

En plus des sanctions du Conseil de sécurité, les Etats-Unis ont pris des mesures visant à protéger le système bancaire international des activités illicites de l’Iran. Ces activités financent les programmes nucléaires de Téhéran - qui sont sensibles et tendent à la prolifération - et l’appui de l’Iran à des organisations terroristes.

Les Etats-Unis sont déterminés à œuvrer à la recherche d’une solution diplomatique à la question nucléaire iranienne. Les Nations Unies ont offert à l’Iran un ensemble de mesures d’incitation généreuses – notamment la possibilité d’une coopération active dans un programme d’énergie nucléaire civile - si Téhéran accepte de se plier aux obligations du Conseil de sécurité, qui exige la suspension de ses activités en matière d’enrichissement de l’uranium.

L’Iran doit également coopérer pleinement avec l’Agence internationale de l’énergie atomique pour convaincre cette dernière du caractère exclusivement pacifique de son programme (et regagner la confiance de l’AIEA). « Il est très difficile… de déterminer les intentions de l’Iran », a dit le directeur de la CIA. « C’est pourquoi nous devons nous baser sur les actions de Téhéran. Pourquoi la production de matière fissile se poursuit-elle à l’installation nucléaire de Natanz ? Les dirigeants du gouvernement iranien disent que ces activités sont à des fins civiles, et ce, bien que… des pays du monde entier leur aient proposé de leur fournir de la matière fissile, dans des conditions contrôlées, pour qu’ils puissent poursuivre un programme nucléaire civil. Mais les Iraniens ont rejeté cette offre », a fait remarquer le directeur de la CIA.

Comme M. Hayden l’a dit : « Quand vous… avez, non seulement les Etats-Unis, mais aussi… le Conseil de Sécurité de l’ONU qui impose des sanctions contre l’Iran, pourquoi ses dirigeants se mettraient-ils dans une telle situation, s’ils ne cherchaient pas à mettre au point la technologie qui leur permettrait de produire de la matière fissile, sans les contrôles de la communauté internationale. »

XS
SM
MD
LG