Liens d'accessibilité

L'ancien vice-président nigerian préconise une enquête sur l’administration Obasanjo


Au Nigeria, l’ancien vice-président Atiku Abubakar préconise une enquête sur l’administration de son ancien co-équipier, l’ex président Olusegun Obasanjo. Cette enquête porterait sur la disparition de jusqu’à 13 milliards de dollars investis dans le secteur énergétique sous l’administration Obasanjo. Malgré ces sommes astronomiques, le Nigeria connaît toujours des pénuries énergétiques. D’où les efforts d’une commission d'enquête parlementaire nigériane qui passe actuellement au crible la politique énergétique de l'administration Obasanjo, pour tenter de déterminer où est passé l’argent.

L’ancien vice-président est engagé dans un duel politique et juridique avec M. Obasanjo, avec qui il s’est brouillé. Il faut dire qu’il était le candidat à la présidence du parti d'opposition nigérian le Congrès d'action en 2007, face au successeur désigné de M. Obasanjo, Umaru Yar'Adua.

M. Abubakar conteste la victoire de M. Yar’Adua aux présidentielles. Il estime que le scrutin a été truffé d'irrégularités, et il a même porté l’affaire devant la Cour suprême nigériane - en vain.

Maintenant, il se dit prêt à accepter une enquête détaillée sur les malversations qui auraient été commises sous l’administration de l’ex président. « Je suis prêt à ce qu’on enquête sur moi. J’ignore tout du secteur pétrolier. Le président Obasanjo a été ministre du pétrole pendant nos 8 ans au pouvoir » affirme M. Abubakar.

Le président Yar-Adua a dit qu’il ne tolèrerait pas la corruption au sein de son gouvernement, mais il est aussi le successeur désigné de M. Obasanjo et résiste aux appels en faveur d’une enquête sur l’ancien président.

A noter que M. Obasanjo avait tenté d’écarter M. Abubakar au motif de corruption. Les critiques font valoir que l’ancien président usait volontiers de cet argument pour faire obstacle aux ambitions politiques de ses rivaux.

M. Abubakar n’est pas le seul à réclamer qu’on fasse la lumière sur les pratiques controversées de l’ancienne administration. La semaine dernière, la Coalition contre les dirigeants corrompus, organisation nigériane de lutte contre la mauvaise gouvernance, a également appelé à une enquête approfondie sur la corruption sous l’administration de l’ex président Obasanjo.

Le Nigeria est le principal pays producteur de pétrole du continent africain, mais il reste lourdement pénalisé par la pauvreté, la corruption et la criminalité - sans parler des pénuries énergétiques.

XS
SM
MD
LG