Liens d'accessibilité

Etats-Unis : les démocrates préoccupés par l’interminable duel Obama-Clinton


L’inquiétude ne cesse de croître chez les démocrates au sujet de l’interminable duel entre la sénatrice de New York, Hillary Clinton, et le sénateur de l’Illinois, Barack Obama, pour l’investiture du parti en vue des présidentielles de novembre. De nombreux partisans d’Obama soutiennent qu’il est impossible pour Mme Clinton de surmonter l’avance de leur candidat en délégués à la convention démocrate. Elle devrait abandonner la course pour le bien du parti, disent-ils.

L’ancienne première dame ne l’entend pas de cette oreille. « La chose plus courante que me disent les gens - et je l’ai entendu ici, la nuit dernière, et partout – c’est : ne jette pas l’éponge, continue la course ; nous sommes avec toi », affirme Hillary Clinton. Le sénateur Obama dispose actuellement d’une centaine de délégués de plus que Clinton. Et étant donné que le parti démocrate attribue les délégués à la proportionnelle, Il n’y a aucune chance que la sénatrice de New York remonte la pente à la faveur des dix primaires restantes, font remarquer les analystes.

L’ancienne première dame devrait s’imposer aux élections primaires de Pennsylvanie. Mais Barack Obama se dit convaincu qu’il remportera suffisamment de délégués dans les dernières primaires pour émerger victorieux à la convention démocrate du mois d’août. « Nous allons décrocher cette nomination et nous allons remporter les élections présidentielles ; vous et moi allons changer ce pays et nous changerons le monde », a assuré le sénateur de l’Illinois.

Un sondage d’opinions conduit par Gallup montre que le candidat républicain présumé, le sénateur de l’Arizona John McCain, est en train de tirer parti du duel des candidats démocrates. En effet, 19% des partisans d’Obama disent qu’ils voteraient pour John McCain si Mme Clinton était investie candidate du parti démocrate. De leur côté, 28% des partisans de l’ancienne première dame se disent prêts à faire de même si Obama devient le porte-étendard du parti démocrate aux présidentielles de novembre.

De l’avis de la plupart des analystes, le seul moyen pour Hillary Clinton d’obtenir l’investiture de son parti serait de poursuivre ses attaques contre Obama dans les mois à venir tout en espérant que les super-délégués – c’est-à-dire les hauts responsables et les militants du parti nommés d’office délégués sans passer par les primaires– votent pour elle ; ce qui risquerait également de diviser le parti, avertissent les experts.

Le gouverneur du Tennessee, Phil Bredesen, un super délégué démocrate, a proposé que les super-délégués ne s’étant pas encore prononcés en faveur d’un candidat ou d’un autre se réunissent en juin pour trancher le débat.

XS
SM
MD
LG