Liens d'accessibilité

Les candidats à l’élection présidentielle marquent le cinquième anniversaire de l'intervention en Irak 


Si les démocrates qui briguent la Maison-Blanche ont souligné leur volonté de mettre fin au conflit, le républicain John McCain était à Bagdad, en début de semaine, pour insister sur la nécessité de maintenir des troupes en Irak, jusqu'à la victoire.

Tout en réitérant qu’une fois élu, il enclencherait le retrait en 16 mois du contingent américain en Irak, Barack Obama a attaqué un plan similaire offert par Hillary Clinton, sa rivale pour l'investiture démocrate à la présidentielle. Il a réaffirmé qu’elle avait manqué de jugement lorsqu'elle a voté en 2002, au Sénat, pour l'entrée en guerre des États-Unis en Irak.

« La vérité, c’est que mener une guerre sans fin ne forcera pas les Irakiens à prendre en charge leur avenir. Et mener une guerre sans fin ne renforcera pas la sécurité du peuple américain. Donc, lorsque je serai commandant en chef, je me fixerai un nouveau but dès le premier jour. Je mettrai fin à cette guerre » a déclaré le sénateur noir de l’Illinois.

De son côté, Mme Clinton a profité d’une visite à Detroit, dans le Michigan, pour rappeler que les Etats-Unis ne peuvent pas gagner la guerre en Irak, qu’une solution militaire n’est pas viable. La sénatrice de New York a promis d’entamer le retrait des troupes américaines de ce pays dans les 60 jours qui suivront sa prise de fonctions à la Maison-Blanche. Par ailleurs, elle a appelé le sénateur Obama à accepter la tenue de nouvelles primaires, dans le Michigan et en Floride.

Mme Clinton a dit que le vote de janvier, jugé irrégulier par les instances du parti démocrate, devrait être répété pour que les délégués de ces états puissent aider à choisir le candidat démocrate à l’élection présidentielle de novembre. Les démocrates du Michigan sont confrontés au même problème que la Floride, où les militants locaux ont décidé de ne pas revoter, après l'annulation du premier scrutin.

« J’invite M. Obama à agir, à s’assurer que les habitants du Michigan et de Floride fassent entendre leur voix et participent à cette élection » a dit Mme Clinton.

John McCain, le candidat présumé du parti républicain à l’élection présidentielle, s’est rendu en Irak pour marquer l’anniversaire de la chute de Saddam Hussein, mais sa visite en Jordanie, mardi, a été assombrie par une bourde. Le sénateur de l’Arizona, qui se targue d’être un expert militaire et d’avoir fait de la sécurité nationale sa priorité, a dit, par erreur, que des insurgés sunnites alliés à Al-Qaïda en Irak recevaient un entraînement en Iran.

« Les media ont signalé qu’Al-Qaïda va s'entraîner en Iran et revient de ce pays en Irak. C’est bien connu, et c’est malheureux » a dit le sénateur McCain, avant de se rattraper avec l’aide de son collègue, le sénateur Joe Lieberman du Connecticut. Cette erreur d'analyse a fait la joie des critiques.

Par ailleurs, le sénateur Obama a critiqué M. McCain et l’administration Bush, pour n’avoir pas, selon lui, présenté une stratégie montrant comment la guerre en Irak renforçait la sécurité des Américains.

XS
SM
MD
LG