Liens d'accessibilité

Bush prêt à intervenir face au spectre d'une crise financière qui risque de s'étendre


Le président George W. Bush se dit prêt à intervenir une nouvelle fois si les marchés financiers américains ont besoin d’être stabilisés. La grande banque commerciale américaine JP Morgan Chase s'est engagée dimanche à acquérir, pour la somme dérisoire d'environ 236 millions de dollars, la banque d'affaires Bear Stearns, menacée de faillite. Une acquisition parrainée exceptionnellement par la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, qui a accepté de financer jusqu'à 30 milliards de dollars d'actifs moins liquides de Bear Stearns.

Mardi, M. Bush a dit que le gouvernement interviendrait à nouveau, si nécessaire, pour stabiliser les marchés financiers à un moment crucial pour l’économie américaine. « S’il s’avère nécessaire de prendre de nouvelles mesures, nous les prendrons de telle façon à ne pas compromettre la performance à long terme de notre économie. A long terme, les Américains doivent avoir confiance dans l’économie » a déclaré M. Bush.

Le chef de l’exécutif, qui est en déplacement en Floride, a souligné que l’intervention de la Fed pour empêcher la faillite de Bear Stearns était nécessaire, même si la société, qui avait ouvert ses portes il y a 85 ans, a été vendue pour une bouchée de pain.

C’était la quatrième fois en cinq jours que M. Bush s’exprimait sur la santé de l’économie américaine. Il tentait de toute évidence de rassurer les Américains, confrontés toute une série de mauvaises nouvelles économiques : les prix des carburants et de l’alimentation ont considérablement augmenté depuis le début de l’année, alors même que 80 000 emplois disparaissaient.

Selon le dernier sondage de la chaîne CNN, 42 % des Américains estiment que l’économie viendra en tête de leurs préoccupations lors de l’élection présidentielle de novembre 2008. Seulement 21 % s’inquiètent de la conduite de la guerre en Irak.

Le président Bush a fait valoir que l’administration ne cherche pas seulement à stabiliser les marchés financiers, mais également à aider certains propriétaires menacés de perdre leurs logements. Il a rappelé que le plan de relance approuvé le mois dernier par la Maison Blanche et le Congrès aidera à relancer l’économie, d’autant que plus de 130 millions de familles auront droit à un allégement de la fiscalité.

XS
SM
MD
LG