Liens d'accessibilité

Cameroun : calme précaire dans les villes


La situation demeure tendue dans diverses villes du Cameroun à la suite des sanglants incidents déclenchés par la grève des transporteurs urbains. Ces derniers protestaient contre la flambée des prix du carburant. Et en dépit d’un accord intervenu entre le gouvernement et les syndicats des transporteurs, des groupes de jeunes continuent de manifester dans diverses villes du pays, dénonçant pêle-mêle le coût de la vie, le chômage, la corruption et le projet de modification de la Constitution ; une initiative qui permettrait au président Paul Biya de briguer un autre mandat s’il le souhaite.

Jeudi, l’armée camerounaise a quadrillé Yaoundé, la capitale, au lendemain de l’intervention de M. Biya à la radio et la télévision nationales. Le chef de l’Etat camerounais a accusé les partis d’opposition de vouloir récupérer la grogne sociale pour se donner ce qu’ils n’ont pas pu obtenir par les urnes. « La crainte est d’autant plus grande que tout le monde ne s’attendait pas à ce qui se passe », a expliqué notre correspondant François Djékombé, en voyage à Yaoundé. L’activité économique est affectée par la situation, les gens se terrant chez eux, a-t-il ajouté.

XS
SM
MD
LG