Liens d'accessibilité

Campagne électorale américaine : le leader des droits civiques John Lewis quitte le camp de Clinton pour celui d’Obama


La campagne en vue de l’investiture du parti démocrate pour les présidentielles américaines de novembre se poursuit et s’intensifie. Les deux démocrates en lice, la sénatrice de New York Hillary Clinton et le sénateur de l’Illinois Barak Obama, n’ont toujours pas obtenu le nombre de délégués requis pour leur assurer la victoire à la convention du parti prévue à Denver. Du coup, chaque voix compte. D’où l’importance accordée au revirement du député de Géorgie et leader des droits civiques John Lewis, qui appuie maintenant Barack Obama après avoir longtemps soutenu Hillary Clinton.

M. Lewis est un super-délégué, donc un membre de l’élite démocrate ayant automatiquement le droit de vote à la convention de Denver. Les super-délégués sont très courtisés par les deux candidats démocrates. Et le soutien fervent de John Lewis à Mme Clinton au début de la campagne avait fait la une de la presse. M. Lewis a joué un rôle éminent dans le mouvement pour les droits civiques dans les années 1960 et est très influent au sein de la communauté noire.

L e député de Géorgie a maintenant retourné sa veste. Son principal argument : la nécessité d’entériner le choix de ses électeurs, qui ont voté à une écrasante majorité pour le sénateur de l’Illinois aux primaires de Géorgie. Le camp Clinton ne cache pas sa déception après le revirement du député Lewis. La sénatrice de New York n’en espère pas moins remporter les primaires du 4 mars dans l’Ohio et le Texas, victoires qui lui permettraient de remonter la pente après onze défaites consécutives face à Barack Obama.

Le candidat qui obtiendra l’investiture du parti démocrate pourrait se retrouver, aux présidentielles de novembre, face au républicain John McCain. Le sénateur de l’Arizona a pris une forte avance sur ses rivaux dans la course à l’investiture au sein de son parti.

XS
SM
MD
LG