Liens d'accessibilité

Des Lakotas souhaitent rompre les traités signés avec les États-Unis


Les indiens Lakotas, véritable nom des Sioux, revendiquent des territoires dans le nord-ouest des États-Unis, notamment des régions du Nébraska, du Dakota du Sud, du Dakota du Nord, du Montana et du Wyoming. Les Lakotas ont été la seule tribu à infliger une défaite écrasante à l'armée américaine lors de la bataille de Little Big Horn en 1876 dans le Montana. Leurs chefs les plus connus sont Sitting Bull et Crazy Horse.

Conformément aux traités signés avec Washington, les tribus indiennes peuvent déjà agir en tant que nations presque indépendantes tout en restant sujettes aux lois locales et fédérales. La plupart des traités ont consacré l’échange de territoires appartenant aux indiens en contrepartie d’aide du gouvernement fédéral dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’économie.

Mais le niveau de vie des tribus indiennes reste parmi le plus bas du pays, et ces populations sont lourdement pénalisées par la pauvreté et le chômage, alors que l’état de santé de nombre de leurs membres reste déplorable. Ce qui fait dire aux dirigeants Lakotas que Washington ne respecte pas les engagements pris dans le cadre des traités.

Une centaine de personnes se sont rassemblées récemment à Rosebud, une réserve des Sioux du Dakota du Sud pour témoigner leur soutien à la Délégation en faveur de la liberté des Lakotas. Russell Means, un représentant des Lakotas, a appelé la foule à lutter pour ses droits. « Nous voulons tous nous entendre avec le wasicu, l’homme blanc. Nous souhaitons tous nous entendre avec les gouvernements locaux, y compris les autorités tribales. Nous souhaitons tous nous entendre avec tout le monde. Nous ne recherchons pas la confrontation. Nous voulons travailler à élever, au plan économique, ce pays tout entier, qui est Lakota » a déclaré M. Means.

Pour M. Means, « ce pays tout entier » signifie les territoires couverts par les traités , notamment des régions du Nebraska, du Dakota du Sud, du Dakota du Nord, du Montana et du Wyoming.

Le procureur général du Dakota du sud, Larry Long, a rencontré les représentants des Lakotas pour discuter de leurs droits sur les territoires de l’État, au titre des traités signés avec le gouvernement fédéral. « On nous a posé une question spécifique sur la validité de l’enregistrement des documents, et nous avons rendu certains avis. Et le résultat, je pense, c’est que ces documents seront probablement en gros rejettés par les registres locaux de titres de propriété. Mon avis, c’est qu’ils mènent un combat sans espoir en s’en prenant aux mauvaises personnes » a estimé M. Long.

Au sein du gouvernement fédéral, le Bureau des affaires indiennes gère les relations avec 562 tribus officiellement reconnues par Washington. Mais la Délégation en faveur de la liberté des Lakotas n’étant pas une entité reconnue par Washington, le bureau ne peut pas traiter avec l’organisation, fait valoir une porte-parole, Nedra Darling. Il se doit de discuter de ces questions directement avec les tribus. Or aucun des dirigeants Lakotas n’a fait savoir officiellement qu’il souhaite se retirer des traités signés avec les États-Unis.

XS
SM
MD
LG