Liens d'accessibilité

Nouvelle fusillade sur un campus universitaire


Un ancien étudiant de la Northern Illinois University, dans le comté de DeKalb près de Chicago, a ouvert le feu jeudi dans un amphithéâtre bondé.

Il n’a pas fallu plus de deux minutes pour que les services de sécurité arrivent sur les lieux, mais il était déjà trop tard. En l’espace de quelques secondes, ont dit les témoins, le tueur avait tiré, rechargé ses armes, puis tiré à nouveau avant de se suicider.

Avant de se donner la mort sur les lieux de l’attaque, Steven Kazmierczak, 27 ans, a tué trois personnes sur le coup et fait 16 blessés. Une autre victime est décédée peu après. Parmi les morts: quatre jeunes femmes.

Les étudiants se disent traumatisés. Toute leur vie sera affectée, affirment certains. « Dorénavant quand je serai en classe, je regarderai derrière moi par-dessus mon épaule parce que s’il était entré par la porte arrière, je ne serais pas ici. Je serais mort » a déclaré un étudiant.

Selon le président de l'université John Peters, Kazmierczak était sous traitement médical, mais il avait arrêté de prendre ses médicaments et depuis plusieurs semaines, son comportement était bizarre.

Le tireur avait étudié la sociologie à la Northern Illinois University en 2007, avant de quitter le campus pour poursuivre ses études à l’Université de l’Illinois à , un autre établissement d’enseignement supérieur de l’Etat. En 2006, le département de sociologie de la Northern Illinois University lui avait même accordé un prix. Il était membre de l’Association académique de justice criminelle et avait la réputation d’être un élève sérieux.

Apparemment, Kazmierczak n’avait pas de casier judiciaire, et aucun document officiel n’a encore été retrouvé concernant le fait qu’il souffrait peut-être de problèmes mentaux, ce qui aurait pu l’empêcher d’acquérir des armes à feu. Kazmierczak était armé d'un fusil et de deux pistolets au moment du drame. On sait déjà que deux des armes avaient été acquises légalement. Les autorités tentent toujours de déterminer ce qui a pu motiver son acte.

En attendant, l’université, qui compte 25 000 étudiants, est restée fermée vendredi, les cours ayant été suspendus.

Il s’agit du troisième incident de ce genre au moins en une semaine. D’autres attaques similaires ont coûté la vie à au moins quatre autres personnes. Vendredi, le président George W. Bush a exprimé sa tristesse face à la tragédie.

« Ce matin, j’ai parlé au recteur de l’université de Northern Illinois. Je lui ai dit que que beaucoup d’américains prient pour les familles des victimes et les gens de l’université. Je demande à tous nos concitoyens d’offrir leurs bénédictions, et des paroles de réconfort aux personnes affectées», a déclaré en substance le chef de l’exécutif.

En 2007, un étudiant a tué par balles 32 élèves et enseignants à l’université Virginia Tech en Virginie, avant de se suicider. Chaque année, prés de 30 000 personnes sont tuées ou meurent par balles aux États-Unis, le chiffre le plus élevé au monde pour un pays qui n’est pas en guerre.

XS
SM
MD
LG