Liens d'accessibilité

Le Congrès vote en faveur de l’interdiction du simulacre de noyade 


Deux mois après que la Chambre des représentants eut approuvé une mesure similaire, le Sénat s'est prononcé mercredi par 51 voix contre 45 en faveur de l'interdiction du « waterboarding », une méthode d'interrogatoire musclée simulant la noyade, qui a été pratiquée notamment par l’agence du renseignement, la CIA.

Par ce vote, le Sénat a fait fi de la menace de veto présidentiel. Les partisans de la mesure se félicitent du fait que le projet de loi interdit aux agences du renseignement d’user de techniques d’interrogatoire qui ne sont pas spécifiquement autorisées par le « U.S. Army Field Manual », le manuel pratique de l’armée américaine. Pour eux, le simulacre de noyade est une forme de torture et de surcroît, interdire cette pratique aiderait à améliorer l’image de marque des États-Unis à l’étranger.

La mesure avait été parrainée par la sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein. « C’est pour moi le signal qu’il y a vraiment du changement dans l’air, que pour la première fois le Sénat et la Chambre des représentants ont essentiellement dit qu’il y aura une méthode uniforme pour les interrogatoires des détenus dans tout le gouvernement. Donc, plus de torture », a déclaré Mme Feinstein.

De toute façon, fait valoir le sénateur de Virginie Occidentale Jay Rockefeller, président de la commission des renseignements du Sénat, les techniques d’interrogatoires musclées ne donnent pas toujours de résultats. « Les techniques coercitives peuvent produire des renseignements fabriqués de toutes pièces qui aboutissent à des rapports erronés et tendancieux » explique M. Rockefeller.

Néanmoins, certains parlementaires républicains estiment que ce n’est pas au Congrès de s’ingérer dans le travail des agences du renseignement, dont les règles sont, estiment-ils, aussi légales qu’efficaces. « Ce n’est pas une bonne loi, parce que, selon le directeur du Renseignement national, elle aura pour effet d’éliminer le programme d’interrogatoires le plus efficace dont la CIA dispose pour encourager les dirigeants d’Al-Qaida et d’autres organisations terroristes à coopérer » a dit le sénateur du Missouri Christopher Bond, numéro un du parti Républicain au sein de la commission des renseignements du Sénat.

A noter que nombre de républicains n’ont quand même pas osé faire obstacle au projet de loi, ce qui aurait pu être interprété comme un soutien à la torture. Ils ont renvoyé la balle au président Bush, qui devra décider s’il fera usage ou non de son droit de veto.

Le directeur de la CIA, Michael Hayden, a récemment confirmé que le simulacre de noyade avait été utilisée sur trois suspects il y a cinq ans. La CIA a interdit cette pratique en 2006, mais l’administration Bush a fait savoir qu’elle pourrait être utilisée à nouveau sur autorisation expresse du chef de l’exécutif.

XS
SM
MD
LG