Liens d'accessibilité

Niger : l’ANDDH appelle au dialogue


La situation continue de se détériorer dans le Nord du Niger où le gouverneur de la région d’Agadez a annoncé l’enlèvement de quatre civils dans un village. Il y a quelques jours, les rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) ont revendiqué une attaque contre la ville de Tanout dans le Sud-Est, suivie d’enlèvement de personnes dont des civils. Cette situation a amené l’Association nigérienne de défense des droits de l’Homme (ANDDH) à lancer un autre appel à l’ouverture d’un dialogue.

Notant que la rébellion a commencé dans le Nord du pays en février 2007, le vice-président de l’ANDDH, Badié Hima, a souligné qu'il faut « absolument, et de la façon la plus urgente, que les deux parties arrêtent le conflit, posent les armes et qu’on aille, tout de suite, assez rapidement, vers la table des négociations.» M. Badié a rappelé l’envoi, par le président burkinabé Blaise Compaoré, d’un émissaire au Niger pour exprimer le souhait de s’impliquer dans la recherche d’une solution à la crise. Le vice-présdient de l'ANDDH a aussi souligné que d’autres « pays amis » lancent le même appel à la paix, « mais jusqu’à présent, ces appels-là à la paix, au dialogue, ne sont pas entendus. »

XS
SM
MD
LG