Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le ton monte entre les deux principaux candidats à l’investiture démocrate


En début de campagne, Barack Obama avait promis de ne pas sombrer dans les attaques personnelles, mais la tension s’accroît au fur et à mesure que les primaires avancent, le sénateur de l’Illinois et l’ancienne première dame Hillary Clinton restant au coude à coude.

Lors d’un débat télévisé lundi soir à Myrtle Beach en Caroline du Sud, à l’approche de l’élection primaire du 26 janvier dans cet Etat, Mme Clinton et M. Obama ont eu des échanges très tendus, qui ont isolé le troisième candidat, l’ancien sénateur John Edwards.

Dès leurs premières remarques, le ton est monté, la sénatrice accusant M. Obama de s’être livré, lors d’une interview dans le Nevada, à des commentaires favorables, selon elle, aux républicains. Mme Clinton a reproché à M. Obama d’avoir fait l’éloge du défunt président républicain Ronald Reagan en le qualifiant de personnage qui avait modifié la trajectoire du pays, alors qu’elle-même s’était bien gardée de mentionner son nom.

M. Obama a rétorqué, faisant allusion à l’ancien président Bill Clinton: « Votre mari l'a fait. »

« Eh bien, je suis là, il n'est pas là », a répondu la sénatrice. « C’est parfois difficile de dire contre qui je fais campagne », a alors ironisé M. Obama, en démentant avoir jamais fait l’éloge de l’idéologie républicaine. Il s’est aussi indigné du fait que Bill Clinton, qui est profondément impliqué dans la campagne de son épouse, ait, selon lui, déformé ses propos sur la guerre en Irak.

Se coupant fréquemment la parole, Mme Clinton et M. Obama se sont également affrontés sur diverses autres questions, notamment leur expérience professionnelle. M. Obama ayant fait valoir qu’il travaillait avec des défavorisés de Chicago à l’époque où Mme Clinton était une avocate d’affaire siégeant au conseil d’administration de Wal-Mart, la sénatrice de New York a immédiatement évoqué l’association de M. Obama avec Tony Rezco, un ancien propriétaire de taudis à Chicago.

Exaspéré, le sénateur Edwards a tenté de rappeler les deux candidats à l’ordre. « Avec ce genre de querelles, combien d'enfants pourront avoir accès à une couverture médicale ?», a-t-il lancé. « Combien de gens pourront avoir accès à l’éducation? Combien d’enfants vont aller à l’université? », a-t-il ajouté.

La seconde partie du débat s’est mieux passée, les candidats ayant été invités à s’asseoir pour discuter de façon moins formelle. Parmi les thèmes abordés: l’économie américaine, la guerre en Irak et les droits civiques puisque lundi était jour férié en l’honneur à la mémoire du militant des droits civiques, Martin Luther King.

Les noirs comptent pour près de 50 % de l’électorat de Caroline du Sud et les sondages montrent que M. Obama reste en tête des intentions de vote. Néanmoins, Mme Clinton reste populaire au sein de la communauté noire et bénéficie du soutien des femmes.

La primaire de Caroline du Sud sera suivie de celle de Floride le 29 janvier. Puis ce sera le « super mardi » du 5 février, qui verra 22 États tenir des élections primaires.

XS
SM
MD
LG