Liens d'accessibilité

Arche de Zoé : huit ans de prison requis contre six membres l’association en France


Après leur condamnation en décembre, au Tchad, six membres de l’association Arche de Zoé font maintenant face à la justice française. Le procureur du tribunal correctionnel de Créteil en France a requis, lundi, une peine de substitution de huit ans de prison contre eux. L’affaire a été mise en délibéré et renvoyée au 28 janvier.

Les six membres de l’Arche de Zoé avaient été précédemment condamnés, au Tchad, à huit ans de travaux forcés et doivent purger leur peine en France, dans le cadre d’une convention franco-tchadienne. Cette affaire remonte à la tentative, l’année dernière, de l’Arche de Zoé de sortir du Tchad 103 enfants présentés comme étant des orphelins du Darfour.

Selon Jean-Pierre Dubois, porte-parole de la Ligue nationale des droits de l’Homme de France, les avocats des prisonniers estiment que les droits de la défense ont été bafoués au Tchad. En principe, « le tribunal n’a pas le pouvoir de rejuger, il a seulement le pouvoir d’apprécier quelle est la peine correspondante en France », a-t-il souligné. M. Dubois note des « divergences de vue entre les avocats des condamnés parce qu’un certain nombre de condamnés, finalement, rejettent un peu la responsabilité sur l’organisateur principal », à savoir Eric Breteau.

L’affaire suscite diverses réactions en France. On ignore « jusqu’à quel point l’Etat français et l’Etat tchadien étaient au courant ou non », fait remarquer Jean-Pierre Dubois, qui rappelle que les membres de l’Arche de Zoé avaient utilisé les moyens de transport de l’armée française et de l’Etat tchadien lors de leur séjour au Tchad.

XS
SM
MD
LG