Liens d'accessibilité

La Cour suprême se penche à nouveau sur le droit de vote


Le tribunal est appelé à decider si les États de l’Union peuvent exiger des résidents qu’ils présentent une pièce d’identité du gouvernement américain munie d’une photo pour voter.

Suite à la vive controverse suscitée par l'élection présidentielle de 2000, un grand nombre d’États ont promulgué des lois exigeant des électeurs de présenter une pièce d’identité, lorsqu’ils se rendent aux urnes. Mais voilà, il n’existe pas de carte d’identité nationale aux États-Unis et des millions d’Américains n’ont pas de passeport. Traditionnellement, le permis de conduire fait office de pièce d’identité mais de nombreux États sont moins regardants et acceptent d’autres cartes, même sans photos.

Dans l’Indiana, la législation est plus stricte. Elle a été adoptée en 2005 par le parlement local, contrôlé par les républicains, et impose donc aux électeurs de présenter aux urnes un document officiel du gouvernement, assorti d’une photo. Ce qui, avertissent les démocrates et autres opposants, va empêcher certains citoyens, notamment les plus pauvres et ceux appartenant à des minorités, d'exercer leur droit de vote en novembre 2008.

On estime à environ 43.000 le nombre de résidents de l’Indiana qui n’ont pas de pièce d’identité officielle avec photo.

Les autorités de l’État soulignent que quiconque peut réclamer une pièce d’identité officielle, et elle lui sera fournie à titre gratuit. Mais les opposants de la mesure font valoir qu’il est nécessaire, pour obtenir cette pièce d’identité, de fournir trois autres documents, notamment un certificat de naissance. Ce qui requiert un net effort, prend du temps et donc coûte de l’argent car nombre de documents officiels - tels les certificats de naissance ou de mariage - ne sont pas automatiquement délivrés gratuitement aux États-Unis.

Parmi les plus affectés: les personnes âgées, les handicapés, les défavorisés et les minorités raciales. Bref, un groupe d’électeurs qui, traditionnellement, votent pour le Parti démocrate.

La loi de l’Indiana a été validée en première instance et en appel. La Cour suprême, dont la décision est attendue d’ici le mois de juin, pourrait renvoyer une décision sur cette affaire, à une date ultérieure, laissant, en l’état, la législation en vigueur pour les élections législatives et présidentielles de novembre, ou bien trancher contre cet État.

XS
SM
MD
LG