Liens d'accessibilité

Conférence sur les deux Kivus : certains groupes s’estiment marginalisés


La Conférence sur la paix, la sécurité et le développement des Kivus se poursuit à Goma dans l’Est de la RDC. Ouverte dimanche, cette rencontre vise à jeter les bases d’un retour de la stabilité dans cette région. Toutefois, la société civile des deux Kivus, les chefs coutumiers et certains groupes armés s’estiment marginalisés. Cyprien Berengigwa, président de la société civile du Sud-Kivu soutient que « l’ordonnance qui institue les différentes structures de la conférence fait émerger effectivement des personnes et des personnalités qui sont impliquées dans la logique de la guerre au Nord et au Sud-Kivu. »

Les délégués de certains groupes armés ont décidé de ne pas prendre part aux travaux, jugeant inacceptables que leurs adversaires dirigent les débats lors de cette conférence. Les chefs coutumiers du Nord-Kivu estiment, eux aussi, avoir été marginalisés tout au long de ce processus. De leur côté, les représentants du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), le groupe du général déchu Laurent Nkunda, accusent les organisateurs de la conférence d’interdire toute discussion sur les négociations, le dialogue nécessaire au rapprochement entre les belligérants. « Il fallait beaucoup insister sur la réconciliation, il fallait insister sur les problèmes sécuritaires », a déclaré le chef de la délégation du CNDP.

Le président de la conférence, l’abbé Apollinaire Malu Malu, se veut, malgré tout optimiste. « Nous sommes venus avec la ferme conviction et la résolution que la conférence puisse contribuer à trouver des mécanismes pour mettre fin à la guerre et à l’insécurité et jeter les bases d’une paix durable et d’un développement intégral », a déclaré l’abbé Malu Malu.

XS
SM
MD
LG