Liens d'accessibilité

Élections primaires : les Américains penchent vers le rejet du statu quo


Le 22ème article de la Constitution des États-Unis interdit au président sortant George W. Bush, de briguer un troisième mandat. Du coup, chez les démocrates tout comme les républicains, un grand nombre de candidats semblent désireux de se mettre sur les rangs pour les primaires dans l'espoir de lui succéder.

Première étape pour les démocrates: le caucus de l'Iowa qui ouvrira, le 3 janvier, la saison des primaires, et sera très rapidement suivi, le 8 janvier, de la primaire du New Hampshire.

Cela fait déjà des mois que les candidats font campagne, se déplaçant à travers le pays et participant à des débats radio-télévisés. A l’approche du premier verdict des urnes, les analystes sont catégoriques: les sondages montrent que les Américains ne veulent plus du statu quo. « Il semble que le public est vraiment avide de changement. Une fois de plus, la plupart sont d’avis que la présidence de Bush n’a pas été un succès, donc, dans ce sens là, je pense qu’ils sont prêts à songer à quelque chose de nouveau » explique la politologue Karlyn Bowman de l’American Enterprise Institute à Washington.

Pour certains, ce changement pourrait venir du sénateur Barack Obama de l’Illinois. Les sondages le montrent au coude à coude avec la sénatrice Hillary Clinton de l’Etat de New York et l’ancien sénateur de Caroline du Nord, John Edwards.

Si Mme Clinton est bien placée pour remporter la nomination du Parti démocrate, un échec dans l’Iowa pourrait remettre en question sa candidature. Aussi ne cesse-t-elle pas de faire valoir sa longue expérience en politique, aussi bien au Sénat, qu’en tant qu’ancienne première dame.

Néanmoins, estime Mme Bowman, si c’est un vrai changement, un changement radical, que les Américains souhaitent, alors, Barack Obama a toutes ses chances.

Alors que le suspens continue côté démocrate, chez les Républicains, la situation est encore moins claire. Ces dernières semaines, l’ancien gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, est passé en tête des sondages, dans l’Iowa et en Caroline du Sud. Et ce aux dépends de Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachusetts, et de l’ex-maire de New York, Rudy Giuliani. Mais deux autres candidats restent bien présents dans les sondages: le sénateur John McCain de l’Arizona et l’ancien sénateur du Tennessee Fred Thompson.

« D’habitude, le Parti républicain est un parti plus royaliste, qui choisit au moins un ou deux candidats logiques » fait valoir le journaliste Tom DeFrank du New York Daily News. « Ce n’est pas le cas ici. Je pense que la course parmi les Républicains pourrait se prolonger beaucoup plus longtemps que chez les démocrates » ajoute-t-il.

Quels que soient les résultats de janvier - dans l’Iowa et le New Hampshire chez les Démocrates, dans le Nevada et en Caroline du Sud, côté républicain - l’orientation de la campagne électorale sera plus apparente le 5 février, dit « Super Tuesday » , quand 20 États voteront simultanément pour désigner, parmi les candidats, ceux qui pourront se présenter à l'élection présidentielle de novembre.

XS
SM
MD
LG