Liens d'accessibilité

Afrique du Sud : « tsunami » pour Jacob Zuma, « zunami » pour Thabo Mbeki


Les journaux sud-africains comparent à un raz-de-marée l’élection de l’ex-vice président Jacob Zuma à la tête de l’ANC, le parti au pouvoir. Faisant un jeu de mots, certains ont qualifié la victoire de Zuma de « tsunami » et la défaite du président Thabo MBeki de « Zunami. »

M. Zuma a obtenu 60% des voix, contre environ 40% pour le président Mbeki, à l’issue du vote, mardi, des délégués au Congrès de l’ANC. Ce vote a mis en évidence de profondes divisions au sein de l’ANC. Mais pour l’un des partisans de M. Mbeki, Siphato Handi, secrétaire de l’ANC dans la province du Cap oriental, M.Zuma pourra compter sur leur appui, sans réserve. Avec les résultats de ce vote, Jacob Zuma est désormais bien placé pour succéder à M. Mbeki, aux élections présidentielles de 2009.

Mbeki, politiquement affaibli par sa défaite, reste quand même président du pays jusqu’à la fin de son mandat, dans 18 mois mais, de par la constitution, il ne peut pas briguer un troisième mandat. « Ces 18 mois « seront difficiles parce qu’il va devoir rendre compte, tout au moins au niveau du parti, à son ancien vice-président, qui est maintenant son président », a expliqué Denis Kadima, directeur exécutif de l’Institut électoral d’Afrique australe à Johannesbourg.

Pour le professeur Samba Mboury Mboup de l’université de Pretoria, « ce changement (...) marque une lueur d’espoir pour trouver une solution à la crise de leadership, qui n’est pas seulement celle de l’ANC, mais aussi de la plupart des partis politiques en Afrique. »

XS
SM
MD
LG