Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le Congrès veut en savoir plus sur la destruction d’enregistrements d’interrogatoires par la CIA


La destruction, par la CIA, les services de renseignements américains, de films vidéo sur l’interrogatoire de terroristes présumés, suscite une vive controverse ici aux Etats-Unis. Les législateurs américains veulent mener leur propre enquête, malgré celles annoncées par le ministère de la Justice et la CIA.

Les films en question avaient été tournés en 2002. Jeudi dernier, le directeur de la CIA, Michael Hayden, a révélé qu’ils ont été détruits en 2005; une décision prise en vue de protéger l’identité et la vie des agents de la CIA impliqués dans les interrogatoires. Selon M. Hayden, les médias ont eu vent de l’existence de ces films.

Le directeur de la CIA témoignera mardi devant la Commission des renseignements du Sénat, a annoncé le président de cette commission, le sénateur démocrate Jay Rockefeller, de Virginie occidentale, pour qui la destruction des films soulève beaucoup de questions. « Y avait-il, dans ces films, des choses que les services de la CIA auraient préféré garder secrètes, des choses qui n’étaient pas conformes à ce que le ministre la Justice leur aurait permis de faire? », s’est demandé M. Rockefeller.

Les discussions auront lieu à huis clos, de manière à permettre aux législateurs d’examiner des sujets classés secrets et ayant trait à des techniques spécifiques d’interrogation, a assuré le président de la Commission des renseignements du Sénat.

La CIA et le ministère américain de la Justice ont annoncé, samedi, l’ouverture d’une enquête. Toutefois, pour le démocrate Joseph Biden, président de la Commisison des Affaires étrangères du Sénat, et par ailleurs candidat à l’investiture du parti démocrate pour les présidentielles de 2008, cela ne suffit pas.

« Je pense que M. Hayden n’est pas en position de déterminer si sa décision de faire détruire les films est légal ou pas. Il semble qu’il pourrait y avoir ici falsification et destruction de preuves, de même qu’entrave à la justice. Et je pense que c’est un cas qui nécessite réellement la désignation d’un procureur spécial », a déclaré le sénateur Joseph Biden.

Réagissant à la controverse, la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino, a fait savoir que le président Bush n’était pas au courant de l’existence des films en question ou de la décision de les détruire. Le chef de l’exécutif américain continue à apporter son soutien au directeur de la CIA, a assuré Mme Perino.

A la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001 contre les Etats-Unis, le président Bush avait donné aux agences de renseignements américains l’autorisation d’utiliser des techniques « dures » dans l’interrogatoire des terroristes présumés. L’administration refuse de préciser quelles techniques sont permises. Certaines, comme le « water boarding » ou simulacre de noyade, constitue une forme de torture selon certains critiques.

Ancien prisonnier de guerre au Vietnam, le sénateur républicain John McCain, de l’Arizona, un des candidats à l’investiture du parti républicain pour les présidentielles de 2008, a demandé à la Maison Blanche de désavouer publiquement le recours à de telles techniques.

XS
SM
MD
LG