Liens d'accessibilité

Le président Bush annonce son plan d’aide aux propriétaires surendettés


Le plan prévoit notamment un gel pendant cinq ans des taux des emprunts immobiliers dits « subprime », un secteur du marché couvrant généralement les débiteurs peu solvables. Ces prêts hypothécaires à risque sont dotés de taux d’intérêt relativement bas dans les premières années, mais qui montent en flèche ensuite.

Massivement consentis ces dernières années, ils posent maintenant de graves problèmes puisque les échéances des hausses de taux d’intérêt arrivent alors même que la crise dans le secteur immobilier fait chuter la valeur des logements. Résultat : non seulement les propriétaires ne peuvent pas payer leurs hypothèques, mais ils ne peuvent pas non plus vendre leurs logements, puisque ces derniers valent souvent moins que leur prix d’achat.

D’autres facteurs aggravent la situation, selon le président George W. Bush. « Certaines banques ont consenti des prêts que les emprunteurs n’ont pas compris, surtout dans le secteur du “subprime” », a déclaré le chef de l’exécutif américain. « Certains emprunteurs ont aussi opté pour des prêts qu’ils savaient être au-dessus de leurs moyens. Et de surcroît, un grand nombre d’hypothèques sont consolidées dans des fonds et vendues à des investisseurs à travers le monde », a ajouté le président Bush.

Cela faisait plusieurs mois que le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson cherchait à élaborer des mesures à la fois pour aider les ménages pris à la gorge par la hausse de leurs remboursements d'emprunts immobiliers à éviter la saisie de leurs logements, et aussi pour empêcher les banques d’être lourdement pénalisées par les pertes occasionnées par de telles saisies.

Des pressions ont été exercées sur les institutions financières pour qu'elles développent des critères communs à l'ensemble du secteur et, côté gouvernement, on a décidé de l’assouplissement des outils fiscaux à la disposition des différents Etats du pays.

Résultat : l’accord annoncé jeudi peu après la publication d’une étude alarmante de la Mortgage Bankers Association, l’association regroupant les organismes de crédit hypothécaire. L’étude signalait que le nombre de crédits hypothécaires en retard de remboursement d'au moins 30 jours avait atteint au troisième trimestre son plus haut niveau depuis 1986, alors que les procédures de saisie avaient augmenté pour tous les types de prêts.

Le président Bush a également appelé le Congrès à approuver une loi qui rationaliserait les législations actuellement en vigueur sur le refinancement et la restructuration des hypothèques. Le chef de l’exécutif a souligné que le nouvel accord visait à aider les Américains les plus lourdement pénalisés par la hausse des taux d’intérêt, et non pas les banques qui avaient consenti des prêts risqués. « Nous ne devrions pas renflouer les prêteurs, les spéculateurs de l’immobilier, ou ceux qui ont pris la décision téméraire d’acheter une maison qu’ils savaient être au-dessus de leurs moyens. Mais il y a des propriétaires responsables qui devraient pouvoir éviter de perdre leurs logis en recevant une aide », a expliqué le président Bush.

XS
SM
MD
LG