Liens d'accessibilité

Corruption : Transparency épingle une fois de plus l’Afrique et le Cameroun


Transparency International vient de publier son nouveau rapport sur la corruption après avoir effectué un sondage auprès de 63 199 personnes dans 60 pays. L’Afrique vient en tête du palmarès des pots-de-vin dans le monde. Le numéro 1 de la corruption sur ce continent est le Cameroun. Le Nigeria est également très touché, de même que le Sénégal. « Le Baromètre Mondial de la Corruption de cette année montre que, trop souvent, les gens doivent verser de l’argent durement gagné pour obtenir des services qui devraient être gratuits », explique Huguette Labelle, Présidente de Transparency International.

Une personne sur dix dans le monde a été contrainte de payer des pots-de-vin l’an dernier pour pouvoir bénéficier des services publics de base, tels que les soins de santé, l’éducation ou l’électricité, souligne de son côté Doris Bäsler de la même ONG. « Les plus démunis sont les plus pénalisés par la corruption ; C’est une personne sur dix qui a dû verser un pot-de-vin, mais quand on regarde la région africaine, les chiffres sont encore plus sérieux avec une personne sur deux qui ont une expérience très concrète de corruption dans leur pays », a expliqué Mme Bäsler. La corruption affecte même le système judiciaire, un secteur « qui est censé mettre fin à la corruption, mais qui n’en est pas capable », a-t-elle dit.

Au Ghana et au Nigeria, les gens pensent les mesures gouvernementales contre la corruption « ont été d’une certaine efficacité », alors qu’au Cameroun, au Sénégal et en Afrique du Sud, l’opinion publique est d’avis que les efforts, « au niveau central, » sont encore loin de se faire ressentir au niveau du citoyen ordinaire, a déclaré Doris Bäsler.

XS
SM
MD
LG