Liens d'accessibilité

L’influent sénateur Trent Lott quitte le Congrès


Le départ du sénateur du Mississipi, qui achève une belle carrière au Congrès, pourrait renforcer le désarroi au sein du parti républicain.

Ancien chef de la majorité républicaine au sénat de 1996 à 2002, M. Lott était devenu le « Chief Whip » des Républicains au Sénat à partir de janvier 2007, c’est-à-dire qu’il était chargé de faire respecter la discipline de vote au sein de son parti.

M. Lott avait fait équipe en 1996, sous l’administration Clinton, avec Newt Gingrich, le président de la Chambre des représentants, pour présenter le programme de réformes de la nouvelle majorité républicaine. Avec l’élection du président George W. Bush en 2000, Trent Lott jouit d'un pouvoir accru avant de connaître une chute brutale.

En effet, en décembre 2002, à l’occasion du 100ème anniversaire du sénateur Strom Thurmond, M. Lott prononce un discours très maladroit, interprété comme favorable aux politiques ségrégationnistes et qui suscite un tollé dans les médias. Trent Lott est alors contraint de démissionner de son poste de chef de la majorité républicaine en faveur de Bill Frist, sénateur du Tennessee.

Néanmoins, son électorat ne lui en tient pas rigueur, puisqu’il est réélu en 2006 à son poste de sénateur avec 64% des voix contre 35% à son adversaire démocrate. Suite à sa réélection, le comité républicain du Sénat choisit Lott comme « Chief Whip » ce qui fait de lui le numéro deux des Républicains au Congrès.

Le président George W. Bush a fait l’éloge du sénateur Lott et noté que les deux partis le tenaient en estime pour son respect des institutions du Congrès et parce que Républicains et Démocrates savaient qu'ils pouvaient compter sur lui.

XS
SM
MD
LG