Liens d'accessibilité

Ni le marasme de l'immobilier, ni la crise du crédit, ne découragent les consommateurs américains


Si la fête de Thanksgiving (le Jour d'action de grâce) est l'occasion pour nombre d'Américains d'aider leur communauté, le lendemain, surnommé « Black Friday » (Vendredi noir) marque le coup d’envoi de la saison des achats de Noël.

La journée de lundi, par contre, est baptisée « Cyber Monday ». C’est une journée où l’on cherche à favoriser les achats en ligne, pour profiter du fait que les employés, une fois rentrés au bureau, chercheront soit à continuer, soit à entamer, les emplettes qu’ils n’auront pas faites durant le weekend du « Black Friday ». Si les magasins offraient beaucoup de soldes vendredi, ce lundi des milliers de sociétés offraient des rabais sur les achats en ligne.

Pour l’instant, les ventes s’annoncent mieux que prévu. Les experts redoutaient l’impact du malaise du secteur immobilier sur les consommateurs ainsi que la hausse des prix des carburants et la faiblesse du dollar. Mais une fois de plus, les Américains ont surpris par leur optimisme.

Selon des chiffres préliminaires, les ventes du « Black Friday » seraient en hausse cette année de 8%, par rapport à l’année dernière. La firme Shoppertrack a chiffré ces ventes à 10,3 milliards de dollars, contre 9,5 milliards en 2006. A noter par contre que, selon la Fédération nationale de la distribution (NRF), le consommateur moyen aurait moins dépensé par rapport au « Black Friday » 2006, même si plus de clients se sont rendus dans les magasins.

En ce qui concerne les internautes, les choses s’annoncent bien également. Les grands distributeurs estiment d’ailleurs que le « Cyber Monday » se transformera en « Cyber week », avec des soldes valables jusqu’à la fin de la semaine. La société Nielsen Online signalait aujourd’hui que les achats en ligne avaient augmenté vendredi, de 10% par rapport à 2006. La firme de recherches en ligne comScore parlait, elle, d’un bond de 22% dans les ventes en ligne par rapport au « Black Friday » 2006.

Selon comScore, les jeux vidéo et les consoles de jeux ont été particulièrement prisés par les cyberacheteurs, notamment la Wii de Nintendo ainsi que le blockbuster Halo 3. Les ventes d'appareils et de produits électroniques ont progressé respectivement de 36 et 21%, par rapport à l'année dernière, ajoute comScore.

Reste à voir si cet excellent départ se confirmera ou si, comme l’année dernière, les consommateurs s’essouffleront et ralentiront leurs dépenses avant même Noël.

Autre point d’interrogation: les jouets importés de Chine. Cet automne, des millions de jouets de fabrication chinoise ont été retirés de la vente aux États-Unis parce qu’ils renfermaient trop de plomb. Selon une étude de l’organisation de consommateurs Consumers Union, 36% des consommateurs ont dit être au courant des rappels et ont déclaré aux enquêteurs qu’ils achèteraient moins de jouets. L’impact de ce boycott informel sur les ventes reste encore à déterminer.

XS
SM
MD
LG