Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le Congrès confirme Mukasey à la tête du ministère de la Justice


Le Congrès a confirmé le juge fédéral à la retraite Michael Mukasey au poste d’Attorney General ou ministre de la Justice. Cette confirmation est intervenue tard la nuit de jeudi, après un vote du Sénat par 53 contre 40 pour l’approuver. La décision était loin d’être acquise, certains démocrates n’ayant pas du tout apprécié le refus du juge Mukasey de dire clairement si la technique d’interrogatoire dite du « waterboarding » - ou simulacre de noyade - constitue une forme de torture.

Cette technique a été bannie par l’armée américaine, mais selon les groupes de défense des droits humains, la CIA a continué de l’utiliser ces dernières années pour arracher des aveux à des terroristes présumés.

39 sénateurs démocrates ont voté hier pour bloquer la confirmation de M. Mukasey. « A la lumière de ses réponses durant ces auditions, je ne saurais le soutenir aujourd’hui », a dit Harry Reid, chef de file de la majorité démocrate au Sénat.

Six sénateurs démocrates ont rejoint leurs collègues républicains ainsi que le sénateur indépendant du Connecticut, Joe Lieberman, pour confirmer à son poste le juge Mukasey. « Je ne vois aucun candidat au poste de ministre de la Justice qui ait été plus indépendant vis-à-vis du président l’ayant nommé que Michael Mukasey, et cela sur une longue période », a déclaré le sénateur. « C’est un homme de caractère, intègre et ... qui fera un excellent ministre de la Justice », a affirmé pour sa part le président Bush, dans une déclaration écrite.

Le Congrès passe outre à un veto du président Bush pour la première fois

Majoritaires dans les deux chambres du Congrès, les démocrates ont pris leur revanche en persuadant plusieurs républicains de voter avec eux pour contourner le veto opposé par le président Bush à un projet de loi sur l’eau. Celui-ci prévoit d’allouer près de 24 milliards de dollars à divers projets aux Etats-Unis. C’est le premier revers du genre pour le président Bush, qui a opposé son veto à cinq projets de loi, depuis son élection à la tête des Etats-Unis.

Selon les analystes, les démocrates ont voulu faire savoir au président Bush qu’ils entendent utiliser leur majorité dans les deux chambres pour lui tenir tête sur d’autres fronts. Le vote sur ce veto a également permis aux républicains de commencer, en cette période électorale, à prendre leurs distances vis-à-vis d’un président dont la cote de popularité ne cesse de baisser, soulignent-ils.

XS
SM
MD
LG