Liens d'accessibilité

Etats-Unis : audiences de confirmation de Michael Mukasey au poste de ministre de la Justice


Plusieurs sénateurs démocrates disent qu’ils voteront contre la nomination du juge fédéral Michael Mukasey au motif qu’il refuse de reconnaître clairement que la pratique du «waterboarding» (simulacre de noyade) est une forme de torture, ce qui aurait pour effet de la rendre illégale.

Dans une réponse écrite aux membres de la commission judiciaire du Sénat, M. Mukasey a qualifié le simulacre de noyade de «répugnant», mais il dit ne pas pouvoir se prononcer sur sa légalité, ajoutant qu’il étudiera la question s’il est confirmé dans ses fonctions par le Sénat.

Cette réponse a irrité le président de la commission, le sénateur démocrate Patrick Leahy, du Vermont, qui estime que les États-Unis n’hésiteraient pas à condamner le simulacre de noyade s’il était infligé à un Américain dans un autre pays. «Souvenez-vous de l’époque de l’ancienne Union Soviétique. Si ce pays avait alors pris un Américain et lui avait fait subir le simulacre de noyade, les 535 membres du Congrès, à la Chambre des représentants et au Sénat, auraient voté une résolution condamnant cette décision, et le président, qu’il soit démocrate ou républicain, se serait joint à cette condamnation. C’est l’une des préoccupations exprimées par les Américains», affirme le sénateur Leahy.

Plusieurs candidats à la présidence en 2008, y compris les sénateurs Joe Biden du Delaware, Hillary Clinton de l’état de New York et Barack Obama de l’Illinois ont annoncé qu’ils voteront contre la nomination de M. Mukasey parce qu’il refuse de qualifier le simulacre de noyade de torture. D’autres sénateurs démocrates ont dit qu’ils feront de même.

Mais le plus haut responsable républicain à la commission judiciaire du Sénat, Arlen Specter, sénateur de Pennsylvanie, explique qu’il ignore ce que M. Mukasey pourrait ajouter, puisqu’il n’a pas reçu de briefing des services secrets à ce sujet. Il s’est dit préoccupé à l’idée que cette question puisse compromettre la nomination de M. Mukasey. «Il ne fait aucun doute que cette confirmation est compromise à l’heure actuelle, parce qu’il ne s’est pas exprimé catégoriquement sur cette question», a dit le sénateur Specter, qui a appelé à la tenue d’audiences à huis clos sur la question.

D’autres républicains, dont le chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, du Kentucky, accusent les démocrates de chercher à entraver la nomination du nouveau ministre de la justice. Mais à la Maison-Blanche, la porte-parole du président George W. Bush, Dana Perino, s’est dit optimiste. «Nous avons bonne confiance qu’il sera confirmé», a déclaré Madame Perino.

Dans ce cas, M. Mukasey succèderait à Alberto Gonzales, qui a démissionné suite à la controverse suscitée par le programme de tables d’écoutes du gouvernement et la révocation de procureurs du gouvernement fédéral.

XS
SM
MD
LG