Liens d'accessibilité

Etats-Unis : coup d’envoi de la loterie des visas d’immigration


Chaque année, le département d'Etat américain organise une loterie pour attribuer 50 000 visas d'immigration dans le cadre du programme «Diversity Immigrant Visa.» Cette initiative, qui a été lancée en 1990, vise à attirer des ressortissants de pays qui ne comptent pas beaucoup d’immigrants aux Etats-Unis. Même s’il suscite toujours des controverses en Amérique, ce programme est très populaire à l’étranger. L’année dernière, ils étaient plus de 6,4 millions - en majorité des Africains et des Asiatiques - à tenter leur chance .

«Le Congrès a créé le programme de diversité dans les visas pour renforcer la diversité des populations d’immigrants aux Etats-Unis», explique le sous-secrétaire d'Etat adjoint américain au service des visas, M. Tony Edson. Les visas sont attribués selon les régions, le plus grand nombre étant alloué à celles ayant le taux d’émigration les plus faibles. Ce qui signifie notamment que les ressortissants de pays qui ont fourni plus de 50 mille immigrants aux Etats-Unis au cours des cinq dernières années ne sont pas éligibles. C’est notamment le cas du Mexique, de l’Inde, de la Chine et de la Russie.

Les personnes dont le nom a été tiré au sort et qui font ensuite une demande de visa doivent remplir certaines conditions, en matière d'éducation ou de travail. Elles doivent avoir fait des études secondaires ou avoir deux ans d’ expérience professionnelle. Ce n’est pas suffisant, estime Bryan Griffith du Centre d’études de l’immigration. «Il n’y a pas de garantie que ces personnes apporteront une contribution positive à la société ou à l’économie américaines. Il faut, en général, un peu plus qu’un diplôme d’études secondaires... pour se débrouiller, à notre époque, dans ce pays», explique M. Griffith.

D’autres experts font valoir que les critères de la loterie sont tels que la fraude en est facilitée. Un rapport du Governement Accountability Office (GAO), organe chargé du contrôle de l'action gouvernementale aux Etats-Unis, a montré, le mois dernier, que l’usage de faux documents - passeports ou certificats de mariage - est courant. De surcroît, des escrocs volent des sommes considérables aux postulants à cette loterie en leur proposant de remplir les formulaires nécessaires, ce que les intéressés peuvent faire eux-mêmes.

Et puis, ajoutent les critiques, cette loterie est une porte d’entrée idéale pour les terroristes. En 2003 d’ailleurs, l’Inspecteur général du département d’Etat avait averti qu’une centaine d’immigrants en provenance de pays figurant sur la liste des nations qui parrainent le terrorisme international avaient pu s’introduire aux Etats-Unis, grâce à ce programme. «Nous examinons certainement de plus près les candidats à la loterie en provenance des pays qui parrainent le terrorisme, mais nous estimons que le soin avec lequel les postulants sont évalués et interviewés, sont suffisants pour garantir l’intégrité du processus et la sécurité de nos frontières», a souligné le sous-secrétaire d'Etat adjoint au service des visas, M. Tony Edson.

En général, fait valoir Glen Wasserstein, avocat spécialisé dans les questions d’immigration ici à Washington, la plupart des candidats à l’immigration sont des gens ordinaires, attirés par le rêve américain plutôt que des terroristes ou des criminels.

A noter que l’avenir de la loterie est incertain car les deux chambres du Congrès américain ont voté un projet de loi visant à supprimer les crédits affectés à ce programme.

En ce qui concerne cette année, les inscriptions à la loterie seront acceptées jusqu'au dimanche, 2 décembre à midi, - heure de Washington, - soit 17 h GMT. Le centre consulaire du département d'Etat informera, par courrier seulement, entre mai et juillet 2008, les personnes dont le nom a été tiré au sort qu'elles sont inscrites dans le cadre de ce programme.

XS
SM
MD
LG