Liens d'accessibilité

Tchad : Paris et N’Djaména ensemble à bord de l’Arche de Zoé


La tentative de l’ONG Arche de Zoé d’emmener clandestinement en France 103 enfants de l’Est du Tchad a abouti à l’inculpation pour enlèvement de mineurs, d’escroquerie et de complicité de 16 ressortissants européens – neuf Français et six Espagnols - et de deux Tchadiens. Le président français Nicolas Sarkozy a réitéré qu’il compte tout faire pour trouver un accord au sujet de cette affaire. Celle-ci fait l’objet de fréquents contacts entre les autorités françaises et tchadiennes, a expliqué Mme Pascale Andreani, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. « Nous ferons tout pour aider nos ressortissants », a-t-elle déclaré en précisant, toutefois, que le gouvernement français avait multiplié les mises en gardes au sujet du projet controversé de l’association Arche de Zoé

Parlant du fait que des familles françaises avaient déboursé de l’argent dans l’espoir d’adopter les enfants une fois qu’ils seraient arrivés en France, la porte-parole du Quai d’Orsay a dit que les autorités françaises avaient averti les familles, l’Arche de Zoé ainsi que les autorités tchadiennes « sur le caractère irresponsable de l’opération projetée. »

Selon Mme Andreani, l’Arche de Zoé avait un projet initial d’apporter une assistance humanitaire aux enfants avant de changer de plan. L’affaire avait été signalée au procureur de l République dès le mois de juillet et une information judiciaire a été ouverte contre cette association il y a quelques jours, a-t-elle précisé.

Quelques Tchadiens interrogés par notre correspondant François Djekombé ont sévèrement condamné la tentative de l’Arche de Zoé d’emmener clandestinement, en France, la centaine d’enfants rassemblés dans l’Est du Tchad.

XS
SM
MD
LG