Liens d'accessibilité

Cote d’Ivoire : le Conseil de sécurité s’inquiète des retards de l’Accord de Ouagadougou


Le Conseil de sécurité de l’Onu a salué, lundi, les progrès dans la voie de la paix en Côte d’Ivoire, mais a exprimé son inquiétude concernant les retards dans l’application de l’Accord de paix de Ouagadougou. Yves Sorokobe, porte-parole onusien, a fait état « des déclarations encourageantes des parties ivoiriennes depuis l’Accord de Ouagadougou », mais note que peu d’actes concrets ont été posés. Le plan d’identification nationale a pris un retard jugé inquiétant par le secrétaire général de l’ONU, a dit M. Sorokobe en soulignant que le processus de désarmement n’avance pas non plus. Le récent rapport du groupe d’experts sur la Côte d’Ivoire « confirme que la communauté internationale n’est pas à lever les sanctions contre la Côte d’Ivoire parce que tous les signes sur le terrain sont sources d’inquiétudes pour nous », a-t-il déclaré.

Pour Méïté Sindou, porte-parole du Premier ministre ivoirien Guillaume Soro, ces inquiétudes ne sont pas nouvelles. « Il est nécessaire, pour tenir compte de la réalité ivoirienne, de bien évaluer le temps qu’il a fallu pour mettre en place le cabinet ministériel, pour mettre en place le gouvernement, les différentes institutions (…) nécessaires à l’exécution de l’Accord de Ouagadougou », a déclaré le porte-parole de M. Soro.

Le ministre burkinabé des Affaires étrangères, Djibril Bassolé, a pris part aux discussions du Conseil de sécurité pour le compte du facilitateur Blaise Compaoré. Tout en reconnaissant le bien-fondé des inquiétudes du Conseil, M. Bassolé a expliqué que les retards accusés par le processus de paix ivoirien « ne sont pas le fait d’une mauvaise volonté. » Selon le chef de la diplomatie burkinabé, « il y a un certain nombre d’opérations très complexes qui prennent du temps à se mettre en place. »

XS
SM
MD
LG