Liens d'accessibilité

Crise du Darfour : l’administration Bush hostile à de nouvelles sanctions contre Khartoum


Le gouvernement américain a appelé le Congrès américain à ne pas prendre de nouvelles sanctions contre le Soudan, estimant que cela pourrait nuire aux efforts diplomatiques en cours ; efforts qui, dit-il, commencent à porter fruit. Le Sénat envisage d’adopter une mesure similaire à celle votée en juillet par la Chambre des représentants. Celle-ci encourage les 50 Etats américains à désinvestir de toute compagnie active au Soudan.

Une telle mesure entraverait les tractations en vue de mobiliser et déployer une force hybride Onu-Union africaine au Darfour, ont fait savoir des responsables de l’administration américaine qui s’exprimaient mercredi devant une commission du Sénat. Certaines initiatives pourraient brouiller les relations avec les partenaires européens des Etats-Unis au lieu d’accroître la pression sur le Soudan, a expliqué la secrétaire d’Etat adjointe américaine chargée des Affaires africaines, Jendayi Frazer.

Desserrer l’étau maintenant ramènerait le Darfour à la violence des quatre dernières années, estime de son côté John Pendergast, co-président d’Enough, une Ong oeuvrant contre la violence au Darfour. Ce dernier a appelé le Congrès à renforcer les sanctions contre Khartoum.

XS
SM
MD
LG