Liens d'accessibilité

États-Unis : un bombardier B-52 équipé par erreur de missiles nucléaires survole le pays


Le Pentagone a confirmé que le 30 août dernier, un bombardier B-52 emportant, par erreur, des missiles de croisière équipés d’ogives nucléaires, a survolé le territoire américain, effectuant un parcours du Dakota du Nord jusqu’à la Louisiane, dans le sud du pays. Mais l’incident n’aurait pas constitué une menace à la sécurité, ajoutent les autorités.

Selon le Military Times, une publication privée largement lue dans les cercles militaires, l’erreur n’a pas été détectée avant l’arrivée du B-52, à la base aérienne de Barksdale, en Louisiane. Les ogives nucléaires auraient dû être retirées de ces missiles, avant qu’ils ne soient montés sous les ailes de l'avion.

Geoff Morrell, porte-parole du Pentagone, a rappelé que le ministère de la Défense ne fait, en général, aucun commentaire sur les armes nucléaires. Mais il a reconnu que l'armée de l'Air a ouvert une enquête sur une erreur qui aurait été commise, jeudi dernier, dans un transfert de munitions jeudi dernier.

L’incident était si grave que le président George W. Bush et le secrétaire à la défense Robert Gates en ont été rapidement informés, a précisé le porte-parole du Pentagone. M. Gates aurait même demandé qu’on le tienne au courant, chaque jour, des progrès de l’enquête de l’armée de l’Air, qui devrait durer plusieurs semaines.

Néanmoins, le public n’a couru aucun risque, a souligné M. Morrell. «A aucun moment la sécurité publique n'a été menacée», a assuré le porte-parole du Pentagone. Selon les experts du ministère de la Défense, les ogives nucléaires n’auraient pas pu exploser, même si l’avion s’était écrasé, en raison des dispositifs de sécurité montés sur ce type d'armes.

Néanmoins, certains parlementaires démocrates ont exprimé leur inquiétude. Siégeant à la Commission chargée de la Sécurité intérieure, le député Edward Markey a qualifié cette affaire d'«absolument inexcusable». Et son collègue Ike Skelton, président de la Commission des forces armées à la Chambre des représentants juge l’incident «très troublant».

XS
SM
MD
LG