Liens d'accessibilité

La Nouvelle-Orléans deux ans après Katrina


Il y a deux ans, des inondations catastrophiques dévastaient la Nouvelle Orléans suite à l’ouragan Katrina. 80% de la grande métropole de Louisiane a été submergée à partir du 29 août 2006. Il y a eu près de 1 800 morts dans la ville et les états voisins affectés. Et des centaines de milliers de personnes ont dû abandonner leurs foyers durant cette catastrophe, la plus grave du genre de l’histoire des Etats-Unis.

Où en est-on à la Nouvelle-Orléans deux ans après la tragédie? Selon des statistiques publiées mardi par le quotidien New York Times, la population de la ville atteint maintenant 68% de son niveau d’avant-Katrina. La main-d’œuvre… 78% et les revenus municipaux 84%. Mais 160 000 anciens habitants ne sont pas revenus. Et le processus de reconstruction continue d’être lent et difficile pour ceux qui ont choisi de continuer à vivre à la Nouvelle-Orléans, ville située en grande partie en dessous du niveau de la mer et donc sujette, en permanence, au danger d’inondations.

L’administration Bush a fait l’objet de beaucoup de critiques pour sa réponse préliminaire au désastre, jugée très insuffisante par la plupart des observateurs. Mais le gouvernement fédéral a promis par la suite des milliards de dollars pour la reconstruction de la ville. Et le président Bush n’a cessé de marteler ce fait.

« Nous ferons le nécessaire. Nous serons là aussi longtemps qu’il faut pour aider les habitants à rebâtir leurs communautés et leur vie », a assuré le chef de l’exécutif américain.

Plusieurs candidats déclarés aux présidentielles de l’année prochaine se disent prêts à accélérer le processus de reconstruction de la grande métropole de Louisiane, notamment des démocrates comme les sénateurs Hillary Clinton et Barack Obama. « Les gens font des progrès extraordinaires... rentrent à la maison et accomplissent beaucoup. Mais il reste encore des gens qui n’ont suffisamment de ressources et n’obtiennent pas l’aide nécessaire pour retourner chez eux », souligne le sénateur Obama, considéré par beaucoup d’experts comme le premier candidat noir à la présidence vraiment crédible.

Aloyd Edinburg a perdu sa maison dans la catastrophe. Mais il est resté à la Nouvelle Orléans et est déterminé à reconstruire sa vie. « Je ne sais pas si les plans qu’on a pour moi vont se réaliser. C’est pourquoi j’avance et commence à reconstruire moi-même. J’espère que tout ira bien... parce que je compte survivre à tout prix », affirme ce résident de la Nouvelle-Orléans ; un sentiment qui reflète l’attachement remarquable des néo-orléanais pour leur ville, qui a donné naissance au jazz ici aux Etats-Unis.

XS
SM
MD
LG