Liens d'accessibilité

La Chine accentue le contrôle des médias


En Chine, les autorités renforcent actuellement leur mainmise sur les média et continuent d’emprisonner ceux qui résistent à la censure. Le tout dernier exemple : Chen Shooquing, un militant des droits fondamentaux aurait été condamné à quatre ans de prison. Il avait été inculpé d’activités subversives pour avoir publié sur Internet des chroniques sur des sujets politiques controversés. Son avocat, Li Chiang, a qualifié cette sentence « d’entièrement irrationnelle, » soulignant que Monsieur Chen « n’a fait qu’exprimer son opinion, un droit garanti par la Constitution. » Monsieur Li a lui aussi pris pour cible par les autorités chinoises parce qu’il assure la défense de militants des droits de l’homme. On lui a annoncé, en juin, que sa licence professionnelle lui permettant de pratiquer le droit a été suspendue pour au moins un an.

Reporters Sans Frontières a condamné la sentence infligée à Chen Sooquing. Le groupe de défense de la liberté de la presse a également réitéré son appel en faveur de « la libération de Monsieur Chen et des quelque 50 autres dissidents qui publient sur Internet et sont actuellement détenus en Chine. »

Le journaliste Qi Chonghuai et le photographe Ma Shiping auraient également été arrêtés en juin pour avoir révélé la corruption au sein du parti communiste dans la ville de Tengzhoo. Reporters Sans Frontières dit qu’au moins 32 journalistes sont actuellement emprisonnés en Chine. Parmi eux, le chercheur du New York Times, Zhao Yan qui purge une peine de 3 ans de prison pour fraude présumée.

Les Etats-Unis sont préoccupés par le récent accroissement en Chine du nombre d’interpellations et de détentions des journalistes et des militants des droits de l’homme. Les officiels du gouvernement américain soulèvent régulièrement la question du respect des droits fondamentaux dans leurs contacts avec le gouvernement chinois.

Dans son tout dernier rapport annuel sur les droits fondamentaux en Chine, le département d’Etat américain note les violations des droits fondamentaux qui ont été documentées dans ce pays. Des violations qui vont à l’encontre des normes reconnues au plan international, et qui découlent de l’intolérance des autorités à l’égard de la contestation et des carences au niveau juridique au niveau de la protection des libertés fondamentales. Comme le sous-secrétaire d’Etat américain John Negroponte l’a affirmé : le gouvernement chinois « doit respecter le droit de ses citoyens de s’exprimer, de se rassembler et de publier à leur gré... sans crainte de coercition. »

XS
SM
MD
LG