Liens d'accessibilité

USA :  l’immigrante clandestine Elvira Arellano finalement expulsée


La saga de l’immigrante clandestine mexicaine Elvira Arellano s’est finalement par son expulsion des Etats-Unis ce mois-ci., à l’issue d’une longue lutte contre les efforts des autorités pour la déporter dans son pays natal. Ce combat avait fait d’elle un symbole du mouvement d’opposition à la séparation des familles composées à la fois de personnes vivant légalement aux Etats-Unis et d’autres n’ayant aucun titre de séjour légal.

L’un des principaux protagonistes de ce mouvement: les églises-sanctuaires qui n’hésitent pas à donner asile aux clandestins dans les lieux de culte pour les protéger contre les décrets d’expulsion. Elvira Arellano avait cherché refuge dans une église méthodiste de Chicago le 15 août 2006 pour échapper à l’expulsion. Et elle s’était fait remarquer par ses déclarations contre le renvoi dans leur pays de parents en situation irrégulière, mais dont les enfants sont nés aux Etats-Unis et par conséquent américains. Madame Arellano avait un fils de 8 ans dans cette situation. Son combat, disait-elle, avait pour seul objectif d’éviter d’être séparée de Saul, son enfant.

Mais pour les autorités américaines, le refus catégorique et public d’Elvira Arellano de quitter le pays, en violation d’un décret, était un acte de défi à même d’encourager l ’immigration clandestine aux Etats-Unis. D’où la détermination du gouvernement d’appliquer l’ordre d’expulsion de cette immigrante entrée deux fois illégalement dans le pays. En effet, Madame Arellano était venue clandestiment aux Etats-Unis une première fois en 1997. Et après son expulsion quelque temps après, elle était revenue une seconde fois dans le pays en l’an 2000. Arrêtée de nouveau en 2002, Elvira Arellano refusait depuis, ouvertement, de rentrer au Mexique.

L’odyssée de madame Arellano s’est achevée la semaine dernière quand elle a quitté l’église - sanctuaire de Chicago pour aller participer, dimanche à Los Angeles, à un rassemblement contre l’expulsion des clandestins. Les autorités l’ont alors arrêtée et renvoyée le même jour au Mexique. Son fils Saul est resté aux Etats-Unis et vit maintenant dans la famille du pasteur de l’église méthodiste qui avait accueilli sa mère en août 2006.

XS
SM
MD
LG