Liens d'accessibilité

USA : le stratège Karl Rove quitte la Maison Blanche


Karl Rove, principal conseiller politique du président Bush et architecte de sa victoire aux élections présidentielles de 2000 et 2004, a décidé de démissionner. Monsieur Rove quittera son poste de secrétaire général adjoint de la Maison Blanche à la fin du mois. Un départ confirmé personnellement par le président Bush ce lundi lors d’une déclaration à la presse en compagnie de son proche collaborateur.

« Karl Rove s’en va », a affirmé le chef de l’exécutif, en remerciant son conseiller et aussi sa famille pour les sacrifices consentis au service de la patrie. « Je suis reconnaissant de pouvoir travailler avec les femmes et les hommes talentueux que vous avez recrutés dans votre administration, d’avoir été partie prenante de l’histoire. Cà a été une joie et un honneur pour moi », a souligné le principal conseiller politique du président Bush.

Pourquoi autant d’importance accordée par les médias et le monde politique à l’annonce du prochain départ de Karl Rove? Parce que le principal conseiller présidentiel est considéré comme le cerveau de l’administration Bush depuis l’accession du chef de l’exécutif à la magistrature suprême, il y a maintenant 7 ans et 8 mois. M. Rove est un ami intime du président. Il le connaît depuis les années 1970. Et c’est lui qui a convaincu George W. Bush de briguer le poste de gouverneur du Texas en 1993. C’est lui qui a été l’architecte de sa victoire aux présidentielles de 2000 et 2004. D’où l’intime conviction de beaucoup d’observateurs politiques que sans Karl Rove et ses remarquables talents d’organisateur, la carrière politique du président Bush aurait été tout autre...

En sa qualité de principal stratège de George W. Bush, M. Rove a tout d’abord encouragé son poulain à battre campagne sous le thème de l’unité, slogan qui a été performant lors des campagnes pour le poste de gouverneur du Texas et les présidentielles de l’an 2.000. Mais après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, Karl Rove a changé son fusil d’épaule et mis désormais l’accent sur la sécurité à tout prix... avec pour corollaire que le parti républicain était plus apte à réussir dans ce domaine que son adversaire démocrate; ce qui a intensifié la rivalité politique entre les 2 principaux partis américains. Cette stratégie électorale a réussi aux élections parlementaires de mi-mandat en 2002 et aux présidentielles de 2004, mais pas en 2006, date à la quelle les démocrates ont repris le contrôle du sénat et de la chambre des représentants du congrès des Etats-Unis.

Depuis, la réputation de Karl Rove en tant que stratège électoral hors pair a beaucoup diminué même si l’intéressé ne se considère pas directement responsable de la débâcle républicaine au scrutin de mi-mandat de l’année dernière. Autre facteur qui a contribué à la baisse de statut de M. Rove: les allégations selon lesquelles il aurait contribué à la révocation sans motif de neuf procureurs fédéraux et à la révélation de l’identité d’un agent secret de la CIA, les services de renseignements américains.

Karl Rove dément catégoriquement ces accusations. Et il s’en tire finalement à bon compte, puisqu’il quitte la Maison Blanche sans faire l’objet d’inculpation de la justice américaine...et en conservant la totale confiance du président Bush. « Nous sommes amis depuis longtemps. Nous resterons amis... Et je dirais même très bons amis », a déclaré le président Bush aujourd’hui à la Maison Blanche. Karl Rove dit vouloir prendre sa retraite pour s’occuper davantage de sa famille. Mais les experts se disent convaincus qu’il va continuer à faire de la politique, en coulisse si nécessaire.

XS
SM
MD
LG