Liens d'accessibilité

États-Unis: les dernières retombées dans l’affaire Pat Tillman


Pat Tillman, le joueur de football américain, était devenu un exemple de patriotisme en renonçant à un contrat de 3,6 millions de dollars avec les Cardinals de l’Arizona afin de s’enrôler dans l’armée américaine après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats Unis. Quelques mois plus tard, Tillman avait connu une fin tragique en Afghanistan, tué par erreur par ses propres compatriotes dans la confusion d’un accrochage.

Une vive controverse a éclaté après sa mort, l’armée américaine n’ayant pas tenu compte dans un premier temps des informations correctes sur les circonstances du décès et ayant laissé entendre que M. Tillman était tombé en héros, victime de tirs ennemis alors qu’il menait bravement son unité au secours de soldats pris dans une embuscade. La lumière s’est faite peu à peu, mais le Congrès tente toujours de déterminer comment le Pentagone en est arrivé à ne pas dire pendant longtemps toute la vérité sur la mort de Tillman.

C’est ainsi que mercredi matin, l’ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a comparu devant une commission parlementaire pour répondre aux questions sur les circonstances de la disparition de Tillman le 22 avril 2004. M. Rumsfeld a reconnu que la famille de l’ancien Ranger méritait de connaître la vérité sur son décès, mais qu’on lui avait initialement caché les circonstances de la mort de l’ancienne star du football. La façon dont le Pentagone s’y est pris n’a pu qu’ajouter à leur douleur, a admis M. Rumsfeld, en soulignant que même lui n’avait pas su la vérité au début.

Les parlementaires américains avaient convoqué M. Rumsfeld pour tenter de déterminer ce que l’ancien secrétaire à la défense et les plus gros bonnets du Pentagone avaient appris le jour même de la mort de Tillman.

Une enquête a déterminé que l’armée savait pratiquement dès le début que Tillman avait été tué par des membres de son unité mais que pendant plusieurs semaines, le Pentagone n’avait pas démenti les informations selon lesquelles il avait été victime de tirs ennemis.

Mardi, le secrétaire à l’armée de terre Pete Geren a annoncé des sanctions contre le Lieutenant-général Phillip R. Kensinger Jr., ancien chef du commandement des opérations spéciales aéroportées des Etats-Unis en Afghanistan, actuellement à la retraite.

Kensinger a commis des erreurs dans son rapport sur la mort de Tillman, a dit M. Geren, même s’il ne semble pas que l’armée américaine ait sciemment cherché à dissimuler les circonstances de son décès.

M. Kensinger a été censuré. Une commission militaire doit décider si ce général de haut rang sera rétrogradé. Au moins 6 autres officiers militaires ont également fait l’objet de réprimandes.

XS
SM
MD
LG