Liens d'accessibilité

États-Unis: perquisition chez le sénateur républicain de l’Alaska Ted Stevens, en rapport avec une affaire de corruption


Ted Stevens, 83 ans, est l’un des plus anciens et plus influents membres du Congrès. Il siège au Sénat depuis 1968 et a présidé notamment pendant six ans la puissante Commission sénatoriale des affectations budgétaires.

Lundi, le FBI, la police fédérale, et l’IRS, le service des impôts, ont fouillé sa demeure à Girdwood, une station de ski réputée en Alaska. Les responsables fédéraux n’ont fait aucun commentaire, mais selon les média américains, M. Stevens serait impliqué dans une affaire de pots-de-vin concernant la société pétrolière de l'Alaska VECO Corporation.

Au mois de mai, un haut responsables de VECO, Bill Allen, a plaidé coupable d’avoir versé des pots-de-vin à des membres du parlement local de l’Alaska en échange de contrats juteux, obtenus alors que Ted Stevens présidait la Commission sénatoriale des affectations budgétaires. M. Allen aurait supervisé la rénovation de la résidence du sénateur à Girdwood.

Ted Stevens, qui affirme de son côté avoir payé les travaux avec son propre argent, a dit que l’enquête devrait se poursuivre sans qu’il tente d’en influencer l’issue. A noter qu’en août dernier, le FBI avait effectué une perquisition au domicile de Ben Stevens, le fils du sénateur, et saisi des documents relatifs à un projet de pipeline de la société VECO.

Le sénateur Stevens entend toujours briguer un nouveau mandat en 2008, mais ce scandale pourrait ternir sa réputation - et celle du parti républicain, dont un certain nombre de membres ont du quitter le Congrès ces dernières années, au motif de corruption. Notamment l'ancien tout puissant chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants, Tom DeLay, et les ex-députés Randy Cunningham et Bob Ney.

Entre temps ici à Washington, la Chambre des représentants a voté un projet de loi qui durcit la réglementation sur l’éthique et le lobbying au Congrès. La législation prévoit que les parlementaires révèlent davantage de détails sur les projets qu’ils rattachent aux lois budgétaires, pour s’assurer que ni eux, ni leurs proches, n’en profitent directement. La loi forcerait également les députés à fournir des détails sur les dons qu’ils auraient reçus pour leurs campagnes électorales de la part de lobbyistes cherchant à influencer le processus législatif.



XS
SM
MD
LG