Liens d'accessibilité

États-Unis: les Américains à la fois optimistes et angoissés, face à la conjoncture économique


C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé par le cabinet «Lake Research Partners», un document intitulé «L’anxiété économique et le rêve américain».

Certes, les Américains gagnent plus d’argent que jamais, mais ils travaillent toujours plus dur pour atteindre cette prospérité. Et cela dans un climat d’incertitude car les avantages sociaux sont limités aux États-Unis.

Les recherches réalisées par le cabinet «Lake Research Partners» montrent que seulement 18% des Américains estiment vivre le fameux rêve américain, l'idée selon laquelle n'importe qui, par son travail, son courage et sa détermination, peut atteindre un certain niveau de sécurité économique.

«Les gens disent que les piliers de leur sécurité sont: des salaires qui permettent de faire vivre leurs familles, des soins de santé de qualité à prix abordables, des opportunités pour leurs enfants, du respect pour le travail, et des droits à la retraite sûrs», explique Madame Celinda Lake du cabinet «Lake Research Partners». Il ne s’agit pas du tout de choses frivoles, comme des vacances aux Bahamas ou gagner la loterie, fait-elle remarquer.

Mais voilà, 31% des personnes interrogées ont dit s’être endettées pour subvenir à des besoins essentiels, alors même que les grandes sociétés déclarent des revenus toujours plus considérables. Selon l’Institut de politique économique, les PDG des 500 plus grandes sociétés du pays gagnent 262 fois le salaire d’un employé moyen.

Elizabeth Jacobs de la «Brookings Institution» fait valoir que certes, les revenus des Américains ont augmenté ces 10 dernières années, mais la classe moyenne a été laissée pour compte. «Les revenus des foyers ont augmenté, mais les Américains travaillent toujours plus dur. Et la volatilité des revenus a augmenté, ce qui signifie que nombre de familles sont confrontées à des avenirs incertains», explique Mme Jacobs.

De plus en plus, les Américains perdent leur emploi, au fur et à mesure que les sociétés délocalisent ou restructurent leurs opérations. Par ailleurs, le coût de soins de santé a augmenté de façon dramatique, et 46 millions d’Américains n’ont pas d’assurance santé.

Pour Jim Kessler du centre stratégique «Third Way», il ne fait aucun doute que la mondialisation est à l’origine de l’anxiété ressentie par les travailleurs américains. Toutes les règles du jeu sont remises en question, dit-il. Mais voilà, le processus de mondialisation ne peut ni ralentir, ni s’arrêter. Mieux vaudrait aider les Américains à réussir dans la nouvelle économie mondiale en mettant à leur portée des études supérieures de qualité, ajoute M. Kessler.

XS
SM
MD
LG