Liens d'accessibilité

Au sommet de l'Union africaine,  on va reparler des 'Etats-Unis d'Afrique'

  • Naomi Schwarz

Des chefs d’Etat et de gouvernement africains commencent à arriver à Accra, la capitale du Ghana, en prévision de l’ouverture dimanche du sommet de l’Union africaine. A Accra, on va reparler « des Etats-Unis d’Afrique », mais certains militants des droits de l’homme estiment qu’il y a des dossiers plus urgents.

A son escale en Côte d’Ivoire, le leader libyen Moammar Kadhafi a appelé à la création d’un « gouvernement unique et puissant, appuyé par une armée de deux millions d’hommes, une monnaie, une identité et un passeport africains ».

Saidou Arji, militant des droits de l’homme basé au Ghana, fait valoir qu’il y a des dossiers plus pressants comme l’immigration clandestine ou encore le conflit au Darfour et la crise humanitaire au Zimbabwé.

Richard Reeve, chercheur à Chatham House, un institut d’études en Grande- Bretagne, ne pense pas que les Etats-Unis d’Afrique soient pour demain: « L’Union africaine, en l’état actuel, dit-il, dépend de l’aide de l’Europe et des grands pays donateurs pour fonctionner et elle ne fonctionne que de façon très limitée. »

XS
SM
MD
LG