Liens d'accessibilité

USA : le veto du président Bush à la recherche sur les cellules souches


Le président Bush a opposé, cette semaine, son veto à un projet de loi qui aurait permis l’utilisation de fonds fédéraux dans les recherches sur les cellules souches. C’est le deuxième veto présidentiel dans ce domaine en 11 mois, alors que le chef de l’exécutif n’a utilisé une telle mesure que 3 fois seulement depuis son accession à la présidence il y a près de sept ans.

Les partisans de ces recherches annoncent leur intention de poursuivre leurs efforts pour obtenir gain de cause. Mais les observateurs doutent qu’ils parviennent à recueillir au congrès la majorité des deux tiers nécessaires pour passer outre à un veto du président. Les cellules souches, rappelons-le, font l’objet de recherches parce qu’elles sont capables de générer les cellules des différents organes. Une aptitude qui pourrait conduire à de meilleurs traitements et à la prévention de maladies graves.

Mais comme les cellules souches sont parfois extraites d’embryons potentiellement viables, le président Bush dit que cela équivaut à éliminer une vie humaine. Et l’argent du contribuable, affirme Monsieur Bush, ne doit pas être utilisé à cette fin. « J’ai clairement fait savoir au Congrès et au peuple américain que je ne permettrai pas à notre pays de passer outre cette barrière morale. L’an dernier, le Congrès a adopté un projet de loi semblable et comme promis, j’y ai mis mon veto. Aujourd’hui je tiens de nouveau ma promesse et j’oppose mon véto à cette législation », a dit le président des Etats-Unis.

En prenant cette mesure à la Maison Blanche, monsieur Bush a également signé un décret demandant aux différents ministères de trouver d’autres sujets de recherche médicale dans les mêmes domaines qui ne sont pas basés sur des cellules souches.

Cette controverse les cellules de souche avait joué un rôle très important lors de la campagne présidentielle de 2004. Et tout semble indiquer qu’elle aura le même effet dans la course à la Maison Blanche, l’année prochaine. Les candidats démocrates à la présidence, notamment les sénateurs Hillary Cllinton et Barack Obama, ont vivement critiqué le veto du président Bush.

Idem pour la députée démocrate du Colorado, Donna DeGette. « Bien que ce projet de loi ait été adopté par les deux chambres du Congrès, avec une large majorité comprenant des membres des deux principaux partis, le président Bush a de nouveau choisi d’ignorer le Congrès et le peuple américain », a souligné Mme DeGette.

Le chef de l’exécutif ne fait pas mystère de son opposition farouche à l’utilisation des cellules souches, comme en témoignent ses deux vetos dans ce domaine. De l’avis des analystes, il ne faut pas s’attendre, dans un avenir proche, à un quelconque compromis sur ce dossier entre la Maison Blanche et le Congrès.

XS
SM
MD
LG