Liens d'accessibilité

RDC : Les contrats miniers réexaminés


Le gouvernement de la RDC a commencé à rouvrir les contrats miniers passés pendant la période de transition. L’objectif est de s’assurer que ces contrats profitent bien au peuple congolais. Kinshasa est aidé en cela par la fondation Carter, du nom de l’ancien président américain Jimmy Carter.

« Le but premier de cette opération, c’est qu’à l’issue de cela, tout le monde soit désormais convaincu que n’opère au Congo que des contrats corrects, des contrats réguliers, et dans l’intérêt bien compris et de l’Etat congolais, et des entrepreneurs, des investisseurs qui ont mis leurs capitaux pour qu’ensemble avec les Congolais, ils créent des richesses, ils travaillent », a expliqué le ministre près du Premier ministre, Godefroid Mayobo.

Pour Flaurimon Muteba Tshitenge, président de l’Observatoire citoyen de l’action gouvernementale, « le gouvernement ne doit pas reculer. » La société civile est très organisée dans une coalition « Publiez ce que vous payez » pour exercer les pressions nécessaires, a-t-il assuré. Beaucoup de gens proches du pouvoir seront éclaboussés, note M. Tshitenge.

Abondant dans le même sens, Jean-Marie Eley Lofele, coordonnateur du Réseau du réseau des droits humains au Congo, note que les mêmes qui, hier, ont signé les contrats sous le régime de Kabila-père et durant la transition, sont aux affaires aujourd’hui. « Comment voulez-vous dire que le contrat est léonin, mais au niveau interne, on ne voit pas une sanction, une action qui est ouverte contre ces personnes, mais vous voulez seulement imputer à l’autre partie, c’est-à-dire les partenaires extérieurs ? » Se demande M. Lofele. Les contrats ne seront pas suspendus, mais seulement revisités en l’état, a assuré le ministre Godefroid Mayobo.

XS
SM
MD
LG